Ukraine : un petit pas vers l'Europe... et beaucoup d'incertitudes

écouter

L'Ukraine devrait obtenir d'ici la fin de la semaine le statut officiel de pays candidat à l'Union Européenne. Une décision très symbolique mais qui pose de nombreuses questions : le sentiment européen est-il présent dans ce pays historiquement tourné vers la Russie ? L'Ukraine est-elle prête à remplir tous les critères pour s'installer à la table des 27 ? Comment vont réagir les autres pays candidats à l'UE, qui patientent depuis de nombreuses années ? 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen (à gauche), en compagnie du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, le 8 avril 2022 lors de sa précédente visite à Kiev. (UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP)

Ils ont été 6 pays. Puis 9, 10, 12, 15, 27, 28... puis de nouveau 27 depuis le retrait du Royaume-Uni. L'histoire de la construction européenne ressemble à une réunion de famille où on agrandirait peu à peu la table pour accueillir des nouveaux invités. Et ce n'est certainement pas terminé : l'Ukraine et la Moldavie devraient obtenir demain le statut de candidat officiel à l'entrée dans l'Union Européenne. 

Depuis l'invasion russe, le président Zelensky a réclamé à de nombreuses reprises l'intégration de son pays dans l'Union Européenne mais l'idée a été accueillie timidement par les intéressés. Le mois dernier, Emmanuel Macron avait même tenté une contre-proposition : la création d'une "communauté politique européenne" où pourraient être intégrés de nouveaux pays comme l'Ukraine. "L'Ukraine mérite le respect" avait répondu Volodymyr Zelensky, qui a finalement réussi à imposer l'idée d'une candidature officielle.

"C'est comme être admissible à un examen"

Mais ce n'est pas la fin de l'histoire : "Le statut de candidat, c'est comme être admissible à un examen. C'est une étape majeure mais le plus compliqué reste à venir" explique dans le Quart d'Heure Pascale Joannin, directrice déléguée de la Fondation Robert Schuman. Il faudra sans doute des années avant que l'Ukraine n'accède effectivement à l'espace européen. Mais en attendant, "cela créée beaucoup d'espoir, surtout chez les jeunes qui sont davantage tournés vers l'Europe que vers le voisin russe" raconte Yann Gallic, envoyé spécial de radiofrance à Kharkiv (avec Arthur Gerbault) dans le Quart d'Heure.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.