La troisième dose ne séduit pas, rien ne va plus entre la Pologne et l'Union Européenne et l'atelier Pouet-Pouet pour sensibiliser les femmes au cancer du sein

écouter

En ce mois d'octobre rose, on vous emmène dans un atelier "Pouet-Pouet" où de jeunes femmes ayant eu des cancers du sein apprennent à d'autres femmes l'autopalpation. On vous raconte aussi la très lente campagne de la troisième dose, qui peine à décoller, et la brouille entre Bruxelles et Varsovie : l'Union Européenne accuse la Pologne de ne pas respecter les "valeurs communes".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La table de l'atelier pouet-pouet organisé ce 19 octobre 2021 au siège d'une grande entreprise française à Issy-les-Moulineaux. (CHLOÉ CENARD / FRANCEINFO)

95% d'efficacité. C'est l'annonce de Pfizer/Bio'n'Tech aujourd'hui concernant la troisième dose de son vaccin contre le Covid-19. Une annonce qui encouragera peut-être les personnes concernées à aller se faire vacciner. Car pour l'instant, malgré les spots de communication du gouvernement, les personnes éligibles à cette troisième dose, c'est-à-dire les personnes de plus de 60 ans, les personnes fragiles et les soignants, ne se bousculent pas pour se refaire piquer. Une apathie qui contraste avec les files d'attente que l'on a connues au printemps dernier devant les centres de vaccination. 

Le Polexit, une vraie possibilité ?

Emmanuel Macron est à Bruxelles aujourd'hui pour le Conseil Européen. Au programme ? Le prix de l'énergie évidemment, on vous en parlait hier, et puis le dossier polonais. Car depuis une décision du tribunal constitutionnel qui a placé le droit polonais au dessus du droit européen, rien ne va plus entre Varsovie et Bruxelles.

Le Premier ministre polonais refuse de céder au "chantage" de l'Union Européenne, qui a pour l'instant bloqué les fonds alloués à la Pologne dans le plan de relance jusqu'à ce qu'elle obtienne des "garanties" sur l'Etat de droit. L'UE est notamment inquiète de l'indépendance de la justice en Pologne. Dorota Dakowska, professeure de science politique à Sciences Po Aix, spécialiste de la Pologne et coautrice de l'ouvrage "Faire, défaire la démocratie" (Karthala, 2021) vient nous expliquer le conflit.

Des prothèses seins utilisés lors d'un atelier pouet-pouet pour différencier les kystes bénins et les tumeurs dans ces formations de prévention contre le cancer du sein. 19 octobre 2021, Issy-les-Moulineaux. (CHLOÉ CENARD / FRANCEINFO)


Enfin, puisqu'il est encore temps, on voulait vous parler d'Octobre Rose. 1 femme sur 8 sera touchée par un cancer du sein au cours de sa vie. Et chaque année, on diagnostique à 3.000 femmes de moins de 40 ans une tumeur dans la poitrine. Alors, parce qu'elles en ont été victimes, et parce qu'il existe des gestes simples de dépistage, Mélanie Courtier et Christelle Rakotoarimanana ont fondé Jeune et Rose, une association qui fait de la prévention autour du cancer de sein.

Et dans leur panel d'activités, on trouve les "ateliers pouet-pouet", des ateliers de formation où l'on apprend à réaliser des auto-palpations et où l'on peut s'informer avec le sourire autour de ce très sérieux sujet. Chloé Cénard, notre reporter au Quart d'Heure, est allée assister à l'un de ces ateliers et vient nous les raconter. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.