Ecologie, parité : les festivals ont-ils changé depuis le Covid ? (spoiler : la réponse est plutôt non)

écouter

Plus de jauges, de masques et de restrictions... C'est le retour à la normalité pour les grands rendez-vous culturels de l'été. Après deux années de perturbations, les organisateurs ont-ils fait évoluer la formule ? Ont-ils avancé sur les questions d'écologie, d'inclusivité, de lutte contre les violences sexuelles et sexistes ? Tour d'horizon des festivals du monde d'après.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Concert de Lofofora sur la Mainstage 1 du Hellfest en juin 2019 (PHILIPPE THOMAS / FRANCE-BLEU BASSE-NORMANDIE)

Comme elles paraissent loin, les histoires de jauges, de masques, de public assis et de pass sanitaire... Cette fois, ça y est : on est de retour dans la normalité et les festivals parsèment à nouveau le calendrier de l'été sans aucune restriction. La saison a commencé avec le printemps de Bourges, elle se terminera avec Rock en Seine, et entre les deux Solidays, les Vieilles Charrues ou encore le Hellfest fêteront leurs retrouvailles avec le public. Mais les spectateurs, justement, ne sont pas toujours au rendez-vous : certains festivals ont du mal à faire le plein : "les habitudes ont changé et tous les organisateurs notent que les spectateurs attendent le dernier moment pour prendre leurs places" explique dans le Quart d'Heure Yann Bertrand, le chef du service culture de franceinfo.

3% de femmes sur la scène du Hellfest

Est-ce la seule différence avec les festivals du monde d'avant ? Eh bien, en tout cas, il n'y a pas de changement majeur en terme d'écologie ou de parité. Ce soir sur la scène du Hellfest, les artistes féminines ne représenteront que 3% des chanteurs et musiciens sur scène... et ce n'est pas beaucoup mieux dans les autres festivals de l'été, selon le décompte réalisé par Margaux Queffélec, notre reporter au Quart d'Heure. 

Le Delta festival veut lutter contre les violences sexistes et sexuelles

Certains festivals font cependant figure de bons élèves, comme le Primavera Sound à Barcelone ou le Delta Festival à Marseille : ce dernier a mis en place toute une série de mesures pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles et favoriser un climat serein pour les spectatrices des concerts. Un avant-goût peut-être des festivals du monde d'après.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.