Cet article date de plus d'un an.

A Kharkiv, la vie sous terre pour éviter les bombes

écouter

Aujourd'hui, le Quart d'Heure vous emmène à Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine est aussi l'une des plus bombardées. Franck Mathevon, qui a pu se rendre sur place pour radiofrance, raconte le quotidien des habitants qui se sont installés dans les stations de métro. Et puis que proposent les candidats pour la santé, l'éducation, la justice ? On fait le point sur les programmes en matière de services publics.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Selon l’intensité des bombardements, entre 100 et 2000 personnes peuvent passer la nuit dans cette station de métro de Kharkiv. (ANDREA CARRUBBA / ANADOLU AGENCY)

"Les banquettes sont devenues des lits, les vêtements s'entassent dans les rames, les habitants ont descendus les frigos, les friteuses et les cafetières..." Aujourd'hui dans le Quart d'Heure, on vous raconte comment les habitants de Kharkiv, bombardée depuis près d'un mois par les forces russes, s'organisent pour vivre dans les stations des métros. Franck Mathevon, l'un des envoyés spéciaux de radiofrance en Ukraine, a pu se rendre avec Jérémy Thuil dans cette ville de l'est du pays, toute proche de la frontière russe, qui a été en grande partie détruite par les bombes. "Un immeuble de 1910, qui avait résisté aux deux guerres mondiales, a été rasé par les bombardements."

Quelles propositions pour les hôpitaux et les tribunaux ?

Pendant ce temps, la campagne électorale entre dans sa dernière ligne droite. A 20 jours du premier tour, les candidats mènent leurs derniers meetings et donnent leurs dernières interviews. Et comme chaque lundi, on vous aide à y voir plus clair en épluchant les programmes des 12 concurrents à l'Elysée. Après l'écologie et le pouvoir d'achat, place aux services publics : Margaux Queffélec nous détaille les propositions en matière de santé, d'éducation et de justice. Des secteurs où les professionnels se sont mobilisés ces derniers mois pour demander plus de moyens.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.