Cet article date de plus de neuf ans.

Le voile, le casse-tête intégral

écouter (5min)
Elles bravent la loi par conviction religieuse et leurs contrôles par les policiers déclenchent parfois des incidents, comme en juillet dernier, à Trappes (Yvelines). Le plus de France Info est consacré ce jeudi à ces femmes qui refusent de retirer leur voile intégral dans la rue ou les espaces publics. Stéphane Pair a rencontré l'une d'entre elles à Roubaix.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

Depuis son introduction au printemps
2011, le texte sur l'interdiction du port de voile intégral n'a pas eu l'effet escompté. Il n'a pas
convaincu un nombre significatif de femmes d'abandonnerce voile mais au contraire semble avoir généré des tensions en plaçant les
policiers devant la contradiction
de faire appliquer la loi tout en évitant des
émeutes. On leur demande de faire respecter la loi "avec
discernement
".

Localement, certains policiers admettent
éviter d'effectuer des contrôles de leur propre initiative ou même à la
demande orale de leur hiérarchie comme dans les Yvelines ou dans l'Essonne. Les
trois nuits d'émeutes à Trappes, après le contrôle
en juillet d'une femme voilée, ont renforcé le sentiment déjà présent parmi les
policiers que cette loi est plus un facteur de trouble que de paix sociale dans
les quartiers sensibles.

►►► A LIRE | DECRYPTAGE : Interdire
le voile à l'université est-il un "acte islamophobe" ?

A Roubaix, Anne-Claire, 25
ans, maman d'un enfant, porte le voile intégral. Elle ne parle pas
vraiment religion mais "choix personnel ". Il y a moins d'un an elle
se met à porter le voile intégral, le niqab, après sa conversion à l'islam. La
loi du 11 octobre 2010
(effective à partir d'avril 2011) interdisant la
dissimulation du visage dans l'espace public ne l'a pas dissuadé. Anne-Claire
totalise plus de 13 PV à ce jour. C'est l'un des records dans le département du
Nord. Les 2.000 euros d'amendes ont en partie été réglés par une association
opposée à cette loi. Malgré les contraventions, Anne-Claire veut continuer à
cacher son visage du regard des hommes. "C'est pas pour provoquer la
police ou l'Etat
", dit-elle, "c'est mon choix ".

Des chiffres invérifiables

Depuis 2011 et jusqu'au 25 octobre
dernier, "il y a eu 925 contraventions dans le cadre de cette loi ",
indique le ministère de l'Intérieur. En grande majorité, ce sont des femmes
françaises, âgées de 20 à 29 ans. Un bon nombre d'entre elles ont été épinglés
à plusieurs reprises comme Anne-Claire : le record de France est détenu
par une Niçoise avec plus de 30 PV.

►►► REPORTAGE | Voile
islamique ou travail ? Des femmes face au dilemme
 

L'observatoire de la laïcité, service qui dépend du
Premier ministre, nuance le tableau. "La loi a eu le mérite ",
écrivait-il dans un rapport d'étape cet été, "de convaincre près d'une
femme intégralement voilée sur deux d'ôter son voile avant l'entrée en vigueur
de la loi
". Ce qui concernerait près de 1.000 femmes au total. Mais ce
chiffre est invérifiable et ne s'appuie que sur les estimations très
approximatives des ex-Renseignements Généraux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.