Cet article date de plus de huit ans.

La journaliste Camille Lepage victime du chaos centrafricain

écouter
Retour sur la mort de cette journaliste française en Centrafrique. Camille Lepage était photographe, elle avait 26 ans, et elle travaillait en free-lance pour plusieurs médias, français et étrangers. Elle connaissait bien ce pays où elle était venue de longs mois, en compagnie de miliciens anti-balaka. Son décès montre à quel point il est extrêmement difficile de raconter un conflit comme celui-ci
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
  (Camille Lepage à Bangui en octobre 2013 © SIPA - SYLVAIN CHERKAOUI/AP)

 A Bangui, les écoles ont rouvert et l'activité économique a repris. Mais dès que l'on s'éloigne de la capitale les violences atteignent des degrés inouïs. D'un côté les anciens rebelles musulmans en déroute, les ex-séléka, qui multiplient les pillages et les exactions. De l'autre les anti-balaka, les milices chrétiennes qui les pourchassent. Le centre et le nord du pays sont aux mains des coupeurs de route et les scènes d'horreur sont quasi quotidiennes. Comme ces treize personnes enfermées de force dans une maison et brûlées vives samedi dernier. Les Français de Sangaris comme les soldats africains de la Misca sont impuissants.  Michael Zummstein est photographe, il suit le conflit depuis ses débuts en mars 2013 et constate que la situation "pour nous journalistes, est devenue extrêmement délicate".

A LIRE AUSSI  ►►► Une journaliste française "assassinée" en Centrafrique, selon l'Elysée

A LIRE AUSSI  ►►► "Camille aurait voulu que je témoigne" (Maryvonne, la mère de Camille Lepage, tuée en Centrafrique)

On le voit bien, les journalistes étrangers doivent faire preuve de la plus grande prudence, même s'ils ne sont pas visés directement. Les journalistes centrafricains, eux, ils sont vraiment pris pour cibles. Il y a quinze jours deux d'entre eux ont été blessés par balles et poignardés, chez eux, après une attaque de musulmans de leur quartier. Mais ce n'est que l'épilogue d'une situation qui dure depuis plus d'un an.

D'où le constat de Christophe Deloire, directeur général de reporters sans frontières. "Il y a tellement de menaces contre les journalistes et notamment les journalistes centrafricains que certains ont dû renoncer à leur mission."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.