Cet article date de plus de neuf ans.

Ces Français qui rêvent d'Australie et du "meilleur job du monde"

écouter (5min)
L'Office du tourisme australien a lancé en mars pour la deuxième fois son concours du "meilleur job du monde". Pour postuler, il fallait une vidéo. Les organisateurs en ont reçu 45.000. 150 ont été sélectionnées dont 17 réalisées par des Français. Rencontres.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

En 2009 pour sa première
édition, l'opération australienne avait fait beaucoup de bruit. "Best job
in the world", proposait à tous les jeunes de 20 à 39 ans de postuler pour
"le meilleur job du monde", à savoir, s'occuper d'une île, près de la
Grande barrière de corail et tenir un blog pour raconter son quotidien. C'est
Ben Southall, un Britannique de 37 ans qui avait décroché le travail en or.

Quatre ans plus tard,
l'Office du tourisme australien revient avec la même idée et propose cette fois
six "best jobs" : social party reporter
(autrement dit, invité-reporter VIP des grandes soirées de Sydney), aventurier
de l'Outback
(dans le Nord de l'Australie), guide ranger dans le Queensland, garde nature (Sud du pays), photoreporter lifestyle à Melbourne ou encore explorateur gastronomique .

600.000 inscrits

600.000 personnes se sont
inscrites. 45.000 ont envoyé une vidéo de candidature et finalement, 150 ont
été retenues. Parmi les sélectionnés, 17 Français. Après la vidéo, la deuxième étape consiste à "mobiliser" les gens autour des candidatures. Les postulants ont pour cela deux semaines.

Les jurés australiens décideront à partir
du 8 mai qui sont les trois personnes en "short list" dans chaque
catégorie. Les résultats seront connus le 15 mai. De nouveaux tests auront lieu
début juin en Australie. Résultats définitifs autour du 15 juin.

Farid Karioty, le fêtard
discret

Farid Karioty, ingénieur en
optique de 35 ans, a été sélectionné dans la catégorie "chief
funster". Un néologisme qu'on peut traduire par "faiseur de
fun". Le job consiste à assister aux soirées de Sydney et les commenter en
direct sur internet et les réseaux sociaux. "Je suis une personne qui va
beaucoup dans le monde de la nuit. J'ai une bonne connaissance de la musique et
de la photo
", raconte-t-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.