Le mot de l'éco, France info

Le mot de l'éco. Smic : Pour la première fois, une étude observe sur 20 ans la trajectoire de 2,5 millions de salariés

Une étude du ministère du Travail sur deux décennies révèle des résultats surprenants sur le smic.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une étude du ministère du Travail observe pour la première fois l\'évolution sur 20 ans des trajectoires des salariés au SMIC. 
Une étude du ministère du Travail observe pour la première fois l'évolution sur 20 ans des trajectoires des salariés au SMIC.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Le smic s'élève en France à 1 204 euros net mensuel. C’est ce que gagnent aujourd’hui environ 1,65 million de salariés. Depuis des années, le salaire minimum interprofessionnel de croissance fait l'objet de grosses polémiques. La question même de sa revalorisation est d'ailleurs au centre du grand débat actuel. Une étude du ministère du Travail (page 82) s'est intéressée au devenir des salariés au smic.

Avant 25 ans, un salarié sur quatre gagne le smic, mais peu y restent au-delà de 30 ans

Pour la première fois, les services du ministère du Travail ont observé sur une période très longue, vingt ans en tout, la trajectoire de 2,5 millions de salariés. L'objectif étant de comprendre l’évolution salariale des personnes qui ont touché le smic à un moment donné.

D’abord quelques chiffres : entre 1995 et 2015, un peu plus d'un salarié sur 10 touche une rémunération très proche du smic. Les femmes et les jeunes sont particulièrement concernés. Avant 25 ans, un salarié sur quatre gagne le smic. Mais ils ne sont plus que 10% entre 30 et 50 ans. Et 8% au-delà. Ce qui reflète la progression du salaire avec l'ancienneté.

Les femmes, elles, ont plus souvent des salaires proches du smic que les hommes, même si l'écart se réduit au cours de la période observée. Autre constat : c'est dans le secteur du commerce et dans les petites entreprises que les salariés avec des bas salaires sont les plus présents.

70% des périodes passées au smic n'ont pas duré plus d'une année

Que sont devenus les salariés qui ont touché, pendant une année donnée, un salaire proche du smic, entre 1995 et 2015 ?  Un an plus tard, près de la moitié d'entre eux - 43% précisément -  n'était plus au smic selon l'étude. Ils étaient passés dans une tranche de salaire supérieure. Si on regarde l'ensemble des trajectoires, 70% des périodes passées au smic n'ont finalement pas duré plus d'une année. Et seulement 3% ont duré de plus de cinq ans. Un résultat qui - contrairement à ce que l’on pourrait croire - révèle une mobilité salariale assez forte. Et qui remet en cause l'idée que les politiques d'allègements de charges sur les bas salaires paralysent très fortement les augmentations de salaires.

Plus on reste longtemps au smic, plus la probabilité d'y rester augmente  

Ce qui reste une mauvaise nouvelle. L'étude démontre en effet que plus on reste longtemps payé au smic, plus la probabilité d'y rester augmente. Un effet de trappe qui concerne en majorité les femmes, notamment celles qui sont ouvrières ou employés. Mais aussi les seniors, dès lors qu'ils connaissent un épisode au smic, après 50 ans. Ce qui soulève la question de la formation professionnelle, de la mobilité géographique, mais aussi du renforcement de la négociation collective dans les entreprises.

Une étude du ministère du Travail observe pour la première fois l\'évolution sur 20 ans des trajectoires des salariés au SMIC. 
Une étude du ministère du Travail observe pour la première fois l'évolution sur 20 ans des trajectoires des salariés au SMIC.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)