Le mot de l'éco, France info

Le mot de l'éco. Quel avenir pour Ariane ?

La fusée européenne Ariane 5 a effectué cette semaine avec succès son 100e lancement. 

La fusée Ariane 5 lançait le 5 octobre 2016 depuis Kourou (Guyane) deux satellites de communication Sky Muster II et GSAT-18
La fusée Ariane 5 lançait le 5 octobre 2016 depuis Kourou (Guyane) deux satellites de communication Sky Muster II et GSAT-18 (ESA-CNES-AE / SIPA)

Ariane 5, la fusée européenne a donc réalisé un centième tir réussi cette semaine, mardi 24 septembre, en Guyane à Kourou. Mais après 22 ans de service, Ariane 5 doit faire face à une nouvelle concurrence.    

100 lancements et seulement deux vrais échecs en 22 ans 

Ariane 5 a prospéré sur sa réputation de fiabilité. Mais la donne a changé sur le marché spatial avec les ambitions chinoises et surtout avec l’arrivée de Space X, la société du milliardaire fantasque Elon Musk.  

La particularité de sa fusée, c'est qu'elle est en partie récupérable, les propulseurs peuvent revenir sur terre et elle est donc réutilisable. Pour les clients, les opérateurs de satellites, un lancement par Space X coûte environ 50 millions de dollars, moitié moins cher au moins que sur Ariane 5.

Résultat : Space X gagne des parts de marché et des clients : 18 lancements en 2017 pour l’américain, contre 11 pour le programme européen.    

Fusée Ariane 5 fabriquée par Airbus et Safran, aux Mureaux en France, le 14 novembre 2016.
Fusée Ariane 5 fabriquée par Airbus et Safran, aux Mureaux en France, le 14 novembre 2016. (IRINA KALASHNIKOVA/SIPA)

Concurrence faussée ?  

Côté européen, on remarque que les dés sont pipés. Space X est certes une société privée mais biberonnée à l’argent public, soutenue par la NASA et le Pentagone. Alors qu'Ariane 5 réalise aux deux tiers des lancements pour des opérateurs privés, le carnet de commande de Space X est au contraire rempli essentiellement par de la commande publique américaine.  

Un très bon connaisseur du secteur explique d'ailleurs que quand Space X fait un lancement pour la NASA, il est facturé deux fois le prix habituel. Cela ressemble beaucoup à des subventions d'état à peine déguisées. Le même expert ajoute d'ailleurs : "Space X, c'est une excroissance de l’état américain, l’arbre qui cache la forêt de la volonté de domination spatiale des Etats-Unis"  

Un nouveau modèle Ariane en 2020  

Les Européens ont une parade au moins provisoire : un nouveau modèle de fusée, Ariane 6 dont le premier lancement est prévu pour mi 2020. Cette fusée est 40% moins cher qu’Ariane 5, plus modulable, avec deux versions différentes à deux ou quatre boosters. Elle sera également capable d'envoyer en même temps plusieurs dizaines de mini satellites. Ce qu'on appelle des constellations de satellites, dont le développement est lié à celui de la voiture autonome ou encore de l’internet des objets.  

En revanche, à la différence de son concurrent Space X, Ariane 6 ne sera toujours pas récupérable. Pas de rupture technologique donc. Faute sans doute d'investissements suffisants des européens. Alors que le marché spatial pourrait exploser. Une étude de Morgan Stanley prévoit qu'il va plus que tripler d'ici 2040 pour dépasser les 1 000 milliards de dollars.  

La fusée Ariane 5 lançait le 5 octobre 2016 depuis Kourou (Guyane) deux satellites de communication Sky Muster II et GSAT-18
La fusée Ariane 5 lançait le 5 octobre 2016 depuis Kourou (Guyane) deux satellites de communication Sky Muster II et GSAT-18 (ESA-CNES-AE / SIPA)