Cet article date de plus de six ans.

Le dialogue social

écouter (2min)
Une formule qu'on a beaucoup entendue ces derniers jours au sujet d'Air France, de la négociation sur les retraites complémentaires, et aussi, à l'approche de la conférence sociale qui se tiendra lundi.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Air France © MaxPPP)

D'après l'OIT, l'Organisation Internationale du Travail, le dialogue social comprend  "tous les types de négociation, de consultation ou d’échanges d’informations entre les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs sur des questions présentant un intérêt commun relatives à la politique économique et sociale ."

Voilà pour la définition. Mais le  dialogue social, cette recherche du compromis, c'est aussi la méthode choisie et vantée par François Hollande pour mener à bien les réformes économiques engagées depuis 2012.

Illustration de cette méthode, les conférences sociales

Ces grands rendez-vous qui réunissent syndicats et patronats une fois par an, sous la houlette du gouvernement.

La première date de 2012, le principe est alors unanimement salué par les syndicats comme le patronat. Ce sera d'ailleurs le point de départ de nombreuses reformes : le contrat de génération, les emplois d'avenir, la loi sur la sécurisation de l'emploi.

La réforme des retraites a cristallisé toutes les tensions. Et ça ne s'est pas arrangé depuis ! Comme elle l'avait déjà fait l'année dernière, la CGT boycottera la conférence sociale de lundi. Une décision prise sur front du conflit social dur à Air France.

Elle ne résout pas l'équation de départ : les syndicats sont divisés, parfois dépassés par leur base. Quant aux représentants patronaux, là non plus, on ne parle pas toujours de la même voix au Medef et à la CGPME, l'organisation des petites entreprises.

Des entreprises qui cherchent donc de plus en plus à court-circuiter les formes traditionnelles du dialogue social : cela passe, par exemple, par des referendums internes, récemment avec l'usine Smart de Moselle, où les salariés ont été consultés sur un retour provisoire aux 39h, en échange du maintien de l’emploi sur le site. Dans le vocabulaire de certains groupes, on ne parle d'ailleurs plus de dialogue mais de marketing social, nuance de taille.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.