Le mot de l'éco, France info

Baisses de cotisations : quel impact sur l’emploi ?

C’est lundi que François Hollande détaillera son plan pour l'emploi. On en connaît les grandes lignes : relance de l'apprentissage, formation de 500.000 chômeurs supplémentaires, aide à l’embauche pour les PME.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Fotolia)

Cette aide devrait prendre la forme d’une prime de 2.000 euros pour les PME recrutant un employé payé entre 1,2 et 1,3 SMIC. Une proposition qui n’emballe pas le patronat qui aurait préféré de nouveaux allègements des charges patronales.

 

Dernière en date le pacte de responsabilité. Il s'est traduit l'année dernière par une baisse des cotisations patronales, pour les salaires entre 1 et 1, 6 SMIC. Et il monte en puissance depuis le 1er janvier, désormais, des salaires plus élevés sont aussi concernés par ces allégements : jusqu'à 3 SMIC et demi.

Et pas uniquement la compétitivité en terme de prix, mais aussi la capacité de l'économie française à  fournir des produits et des services innovants, qui supposent un haut niveau de qualification et donc de salaire. Dans ce schéma, si on concentre trop les aides vers les plus bas salaires, on risquerait d'orienter l'économie vers des secteurs moins innovants et moins compétitifs à l'échelle mondiale.

 

A  priori quand on regarde les politiques de baisses de charges successives menées depuis 20 ans, on ne peut que constater que le chômage de masse est loin d'avoir disparu en France.

Cela dit, plusieurs études économiques se sont penchées sur  le dispositif  "zéro charge" sur les embauches au niveau du SMIC dans les très petites entreprises mis en place  par Nicolas Sarkozy sur l'année 2009. Dispositif qui aurait permis de créer 30.000 emplois.

François Hollande devrai proposer lundi un mécanisme assez similaire : un chèque emploi de 2.000 euros pour les PME qui recruteront un employé à bas salaire.

Dispositif similaire mais pas identique car il s'agit d'une prime et pas d'un allègement de cotisations en tant que tel.

Une différence de taille pour de nombreux experts car les primes ont tendance à créer des effets d'aubaine. Autrement dit, les entreprises qui de toute façon avaient l'intention de recruter, empocheront la prime....mais elles n’embaucheront pas plus. Il n’y aurait donc pas d'effet déterminant sur le nombre de créations d'emplois.

(© Fotolia)