Le monde est à nous, France info

Trop de militaires américains en Allemagne : Trump déclenche un nouveau front à l’Otan

Nouveau coup d’éclat de Donald Trump sur la scène internationale. Le président américain veut réduire la présence des troupes américaines en Allemagne, estimant que cela coûte trop cher. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Angela Merkel et Donald Trump, en marge du sommet de l\'OTAN, en 2018.
Angela Merkel et Donald Trump, en marge du sommet de l'OTAN, en 2018. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

Organisation du Traité de l’Atlantique Nord…. Vous vous en souvenez, je suis sûr que vous l’avez appris, cet acronyme. L’Otan, on l’appelle souvent tout simplement l’Alliance. C’est la plus puissante association militaire du monde, puisqu’elle réunit 30 pays dont le but est de s’entraider, politiquement et s’il le faut avec leurs armées, en cas de menace. On est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, aux débuts de la guerre froide. L’URSS fait peur en Europe. L’idée est de créer une structure qui garantisse le soutien des États-Unis à l’Europe de l’ouest en cas d’intrusion russe. Le premier secrétaire général de l’Otan dira d’ailleurs que son rôle consiste à "garder les Russes à l'extérieur, les Américains à l'intérieur et les Allemands sous tutelle". Dans la pratique, c’est une gigantesque organisation basée à Bruxelles qui, au quotidien, évalue les risques et tente de trouver d’abord des solutions diplomatiques avant d’envisager la force.

La guerre froide est finie, Donald Trump veut fermer des bases en Allemagne  

Donald Trump est en campagne et veut désengager les soldats américains partout où il peut. En mars dernier, il y avait presque 35 000 soldats américains en Allemagne parce que beaucoup des bases américaines dans le cadre de l’Otan sont en Allemagne. Elles leurs servent à se projeter aussi en Afrique et au Moyen Orient. Mais Trump veut que les Allemands payent mieux, plus, et plus souvent. Il veut donc réduire de moitié le nombre de militaires stationnés, sans avoir au préalable consultés ni les Allemands ni l’Otan, qui sont pour le moins surpris. Une fois de plus, Donald Trump exagère un peu les chiffres et met dans le même sac les militaires présents dans le cadre de l’Otan et ceux qui y sont pour des missions plus ponctuelles, notamment des exercices conjoints.  

Est-ce que cette annonce peut déstabiliser l’OTAN, voire la remettre en cause ?

D’abord, le monde a fini par apprendre que toutes les annonces de Trump ne sont pas suivies d’effet. Les militaires américains tiennent à cette présence en Europe, qui leur est utile. Et l’Allemagne, comme l’Otan, ont immédiatement exprimé leurs inquiétudes. Mais Trump sait aussi ce qu’il fait : l’Otan n’est pas populaire, ni aux États-Unis ni en Europe. Même si les relations militaires avec la Russie restent très tendues, on ne s’attend plus à voir des chars russes défiler dans Berlin. L’annonce de Trump est peut-être une occasion de revoir la mission, les moyens, et le futur de l’Alliance, dans un monde où les guerres ne sont pas prêtes de disparaître.

Angela Merkel et Donald Trump, en marge du sommet de l\'OTAN, en 2018.
Angela Merkel et Donald Trump, en marge du sommet de l'OTAN, en 2018. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)