Le monde est à nous, France info

Présidentielle américaine : la primaire démocrate débute dans l'Iowa

La planète tourne et nous posons le doigt en Iowa, aux Etats Unis, où se tient la première étape de l’élection primaire américaine. Premier vote, mais est-ce vraiment un vote ? Et au fond, pourquoi l’Iowa et que se passe-t-il vraiment aujourd’hui là-bas ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Elizabeth Warren, candidate démocrate à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine, durant un meeting dans l\'Iowa, le 1er février 2020.
Elizabeth Warren, candidate démocrate à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine, durant un meeting dans l'Iowa, le 1er février 2020. (KEREM YUCEL / AFP)

Le Caucus de l’Iowa, c’est un peu d’histoire, un peu de magie, et beaucoup de politique. D’abord où est-on ? On est dans le Midwest américain, dans le pays du maïs, du maïs, encore du maïs, à perte de vue, mais aussi un peu du soja, de porcs élevés en batterie, et on est aussi dans le pays de John Wayne. Bref, on est dans l’Amérique rurale, blanche, froide l’hiver et chaude l’été.

Il y a à peine un peu plus de 3 millions d’habitants, mais tous les quatre ans, l’Iowa devient pour quelques jours le centre du monde, pour la simple raison que c’est là que se déroule le tout premier vote de la présidentielle. Il s'agit de désigner celle ou celui qui affrontera Donald Trump le 3 novembre prochain à l'élection présidentielle américaine.

>> "On a beaucoup de bons candidats donc les gens hésitent" : dans l'Iowa, la primaire démocrate américaine débute dans une grande indécision

Comment cela va se passer ? Des électeurs démocrates vont se réunir en fin de journée, lundi 3 février, dans des bibliothèques, des gymnases, des centres de quartier. Chaque candidat a droit à un coin de la salle, et autour d’un chef de file se réunissent ceux qui croient au candidat. Il y aura onze candidats. Là, on se compte, physiquement, sans vote. Si on ne dépasse pas 15 % du total, on est éliminé, et on va vers un autre candidat, dans un autre coin de la salle. Et au deuxième tour, on compte le nombre de délégués.

40 délégués de l'Iowa sur 5 000 

Au final, l’Iowa n’envoie à la primaire que 40 délégués sur 5 000. Presque rien par rapport à la Californie ou New York. Mais ce n’est pas le nombre qui compte, c’est le symbole : un héritage des Amérindiens, dont viendrait le mot Caucus, une sorte de démocratie par le nombre en toute transparence.

Si ce pseudo-vote représente si peu, pourquoi y accorde-t-on autant d’importance ? C'est parce qu'en 1968, les démocrates de l’Iowa ont choisi de voter en premier. Sept des dix candidats démocrates qui ont recueillis le plus de voix en Iowa depuis 72 ont étés investis à la primaire. Cela ne tient ni de l’arithmétique ni de de l’astrologie, mais plus de l’envie. Souvenez-vous d’un candidat totalement ignoré en 2008, qui remporte le Caucus de l’Iowa. Au fin fond des gymnases, les palabres d’un soir d’hiver avaient vu en lui un président. Il s’appelait Barack Obama.

Elizabeth Warren, candidate démocrate à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine, durant un meeting dans l\'Iowa, le 1er février 2020.
Elizabeth Warren, candidate démocrate à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine, durant un meeting dans l'Iowa, le 1er février 2020. (KEREM YUCEL / AFP)