Le monde est à nous, France info

L’ONG Care alerte sur la situation de 50 000 réfugiés éthiopiens au Soudan

Ils ont traversé la frontière pour fuir les combats qui opposent depuis un mois et demi le pouvoir et des séparatistes dans la région pauvre du Tigré, au nord de l'Éthiopie et sont en grand danger : sur une échelle de 1 à 10, on est à 10 en matière de gravité.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des réfugiés éthiopiens font la queue pour recevoir de la nourriture dans un camp au Soudan à Um Raquaba, le 12 décembre 2020.
Des réfugiés éthiopiens font la queue pour recevoir de la nourriture dans un camp au Soudan à Um Raquaba, le 12 décembre 2020. (YASUYOSHI CHIBA / AFP)

Les habitants de la région du Tigré fuient l’Éthiopie et sont partis trouver refuge dans le pays voisin, le Soudan, lui-même en crise politique, crise sociale et crise économique. Le gouvernement soudanais à décrété l’urgence économique en septembre dernier. L’inflation au Soudan en ce moment est de plus de 200%. Conséquence, ce sont deux crises qui se rencontrent : celle du Soudan et celle du Tigré en Éthiopie et le résultat est dramatique. Ces réfugiés sont en grand danger. Sur une échelle de 1 à 10, on est à 10 en matière de gravité. 

Les ONG dépassées appellent à l’aide

En France, c’est l’ONG Care qui tente de sensibiliser sur le sujet. Ses responsables sur place expliquent qu’ils manquent de tout : de nourriture, d’eau, de soins et de tentes. Les gens dorment dehors, sous les arbres, les femmes n’ont aucune intimité. Ce qui est terrible, c'est qu'il y a beaucoup de paysans qui ont du fuir. Or leurs récoltes s’annonçaient bonnes cette année mais à cause de la guerre, elles vont être perdues avec ce paradoxe : de la nourriture pourrie d’un côté de la frontière et des gens qui meurent de faim de l’autre côté, à quelques kilomètres seulement.

Le Covid amplificateur de la crise humanitaire

Il n'y a pas d’eau ni de nourriture sur place, il n’y a pas de test PCR non plus, ni de matériel médical, ni de masque ,si bien que l’épidémie pourrait se développer sans que l’on ne puisse rien y faire. Voire pire, sans même qu’on le sache. Face à cette urgence, les ONG et l’ONU appelle à l’aide. L’ONG Care par exemple, entend médiatiquement alerter et faire parler du Tigré et du conflit qui opposent gouvernement éthiopien et mouvement séparatiste. Appel à l’aide aussi de l’ONU qui a réclamé mardi 22 décembre 128 millions d’euros afin de passer les premiers mois de 2021 et faire que ce drame ne se transforme pas en tragédie.

Des réfugiés éthiopiens font la queue pour recevoir de la nourriture dans un camp au Soudan à Um Raquaba, le 12 décembre 2020.
Des réfugiés éthiopiens font la queue pour recevoir de la nourriture dans un camp au Soudan à Um Raquaba, le 12 décembre 2020. (YASUYOSHI CHIBA / AFP)