Le monde est à nous, France info

L’accord Brexit entre la Grande-Bretagne et l'Europe : Boris Johnson victorieux ?

Le Brexit est enfin finalisé. Presque finalisé car il reste encore plusieurs étapes pour être pleinement validé.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le Premer ministre britannique Boris Johnson à la fin de sa conférence de presse où il a annoncé qu\'un accord avait été trouvé pour le Brexit, à Londres, le 24 décembre 2020.
Le Premer ministre britannique Boris Johnson à la fin de sa conférence de presse où il a annoncé qu'un accord avait été trouvé pour le Brexit, à Londres, le 24 décembre 2020. (PAUL GROVER / POOL)

L’accord sur le Brexit doit encore passer par le Conseil et le Parlement européen qui devront ratifier le texte. Après quatre ans de suspens, 10 mois de négociation, Européens et Britanniques sont enfin tombés d’accord sur les contours de leur future relation. Les obstacles qui bloquaient les négociations, comme le dossier concernant la pêche, les tribunaux et le respect des normes européennes sont tombés. Qui dit accord dit compromis et dans l’ensemble, on va accepter de croire que tout le monde est gagnant. Il faudra attendre cependant le concret, c’est à dire l’application de cet accord jour après jour dans les mois à venir pour savoir si l’équilibre qui est mis en avant et salué en ce jour de Noël sera oui ou non bien réel.

D'un Brexit dur à un Brexit négocié

Coup de chapeau à "Bojo" pour qui "the job is done"  (le travail est fait). Boris Johnson qui se révèle être encore une fois un fin politique. Il avait déjà gagné en 2008 la mairie de Londres alors que personne ne le donnait vainqueur. Et à quoi on reconnaît ces fins politiques ? C’est qu’ils sont capables d’emporter leur peuple pas forcément là ou il était prévu d’aller ! Boris Johnson a su passer du Brexit hard qu’il souhaitait il y a quatre ans à un Brexit négocié. À titre de comparaison, c’est un peu comme quand le général de Gaulle revient au pouvoir en 1958 au nom de l’Algérie française et signe en 62 les accords d’Evian pour l’indépendance de l’Algérie. Ou plus près de nous, en 1981, quand François Mitterrand arrive au pouvoir en incarnant une politique de gauche et qu’il impose deux ans plus tard le tournant de la rigueur.

Boris Johnson avec cet accord est dans cette veine-là. Il permet à l’Angleterre de rester accrochée à l’Europe alors que cela fait des années qu’il vendait l’idée inverse. C’est donc un joli un coup de maître, il faudra juste attendre toutefois de voir comment les "brexiteurs" radicaux accueilleront cet accord.

L’Union européenne peut souffler

Il y a plusieurs points positifs. Déjà en gardant l’Angleterre dans un cercle proche. L’union évite d’avoir à sa porte un concurrent trop agressif et incontrôlable. Ensuite, il faut noter que pour une fois les 27 sont restés soudés malgré les tentatives de déstabilisation des Anglais. C’est plutôt encourageant pour les prochains défis qui ne manqueront pas de s’inviter dans les mois à venir.

Enfin, coup de chapeau aussi à Ursula von Der Leyen, la Présidente de la Commission qui réussit sa première grande mission depuis son arrivée à la tête de l’Union. Et enfin à Michel Barbier, le négociateur français qui grâce à son travail, sa connaissance parfaite du dossier, a tenu jusqu’au bout malgré les pièges et l’ampleur du défi.

Le Premer ministre britannique Boris Johnson à la fin de sa conférence de presse où il a annoncé qu\'un accord avait été trouvé pour le Brexit, à Londres, le 24 décembre 2020.
Le Premer ministre britannique Boris Johnson à la fin de sa conférence de presse où il a annoncé qu'un accord avait été trouvé pour le Brexit, à Londres, le 24 décembre 2020. (PAUL GROVER / POOL)