Cet article date de plus d'un an.

Aux Etats-Unis, le nombre de policiers en baisse constante

La mauvaise image de la police et l'épidémie de Covid-19 ont provoqué une chute des effectifs.
Article rédigé par Sébastien Paour
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
L'image de la police américaine s'est dégradée ces dernières années, comme à Memphis après la mort d'un homme de 29 ans. (ERIK LESSER / EPA)

Depuis 2020 aux Etats-Unis, le nombre de policiers baisse, à tel point que huit villes sur dix sont confrontées à une chute du nombre de leurs agents d'après le "projet Marshall", l'organisation indépendante spécialisée dans la justice pénale, qui a analysé les données du Bureau des Statistiques du Travail et du Recensement.

>> Etats-Unis : cinq policiers inculpés pour le meurtre de Tyre Nichols, un Afro-Américain de 29 ans

Dans la ville de Tulsa en Oklahoma, ils sont par exemple 800 à faire le travail de près de 1 000 personnes, pour encadrer les quelque 411 000 habitants et faire face à un taux de criminalité violente deux fois supérieur à la moyenne nationale. Au niveau national, les chiffres montrent une baisse constante de 4% du nombre d’agents locaux pour appliquer les lois de mars 2020 à août 2022. Dans les villes de plus d'un million d'habitants, comme New York, Los Angeles et Chicago, le nombre d'agents assermentés a même chuté deux fois plus vite que la moyenne nationale.

À Tulsa, les difficultés de recrutement concernent aussi les pompiers : il manque 60 soldats du feu sur un effectif de près de 700. 

Une image détériorée après le meurtre de George Floyd

La situation peut s'expliquer par deux phénomènes : la pandémie de Covid-19 et le meurtre de George Floyd, cet homme noir mort étouffé sous le genou d’un policier blanc en mai 2020. Les images ont choqué et profondément porté préjudice aux forces de l’ordre, augmentant les protestations et la méfiance. Le discours anti-policier a par exemple poussé des policiers à quitter la profession, comme à Austin (Texas), où certains ont démissionné ou pris leur retraite en raison de la manière dont leur service réagissait aux critiques. 

À Buffalo, dans l'État de New York, des groupes entiers d'agents de contrôle des foules et d'intervention d'urgence ont démissionné en signe de protestation contre la façon dont leur département gérait leurs relations avec les manifestants. Deux agents avaient été suspendus après avoir bousculé et blessé un homme de 75 ans. 

>> Etats-Unis : de moins en moins de policiers noirs

Le Covid-19 peut également expliquer les difficultés de recrutement : en 2020 et 2021, la pandémie est devenue la principale cause de décès chez les policiers. L'année 2020 restera par ailleurs comme la plus dangereuse pour un policier américain depuis 1930. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.