Le monde d'Elodie, France info

Philippe Etchebest : "Je suis dur avec les gens parce que je le suis avec moi-même"

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo et se confie. Aujourd'hui, le chef étoilé Philippe Etchebest.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Philippe Etchebest invité de France bleu Gironde, le 28 septembre 2016
Philippe Etchebest invité de France bleu Gironde, le 28 septembre 2016 (FRÉDÉRIC FLEUROT / FRANCE-BLEU GIRONDE)

Top Chef, Cauchemar en Cuisine, Philippe Etchebest est aussi bien connu pour sa cuisine que pour la force de caractère qu'il montre envers les candidats de ces émissions. Et ce toujours avec passion. "Transmettre, c'est ce dont je suis le plus fier je crois. L'énergie, j'en ai, c'est sûr, et je veux pousser les jeunes au-delà de leurs limites, parce que je me le fais à moi."

La cuisine, il a baigné dedans depuis son plus jeune âge : "Mon père était chef, mes parents m'ont éduqué sur des valeurs de travail, ça conditionne beaucoup. Le choix a été compliqué parce que pendant un moment j'ai hésité entre sport-études et la cuisine."

J'ai toujours vu mon père travailler tout le temps, il ne nous a pas élevés. Et ce n'est pas un reproche, il a nourri la famille. A huit ans, j'allais dans les cuisines du restaurant après l'école, c'était peut-être pour passer du temps avec lui.

Philippe Etchebest

à franceinfo

"Passionné de rien"

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, Philippe Etchebest n'est pas un passionné de cuisine. "Je ne suis passionné de rien, mais j'aime beaucoup de choses, et tout ce que je fais, je le fais au taquet. Et j'ai besoin de cette diversité pour m'épanouir. Vivre cuisine, manger cuisine, dormir cuisine, je ne saurais pas le faire. Mais par contre, quand j'y suis, je suis vraiment impliqué."

Connu et reconnu pour ses émissions de télévision, c'était pourtant au départ loin d'être une évidence. "Je ne l'ai pas calculé. Ça a pris longtemps à me convaincre, mais quand j'ai mis le pied dedans, j'ai dit 'Ok je vais le faire, mais je ne joue pas un rôle, et on raconte la vérité.' Je ne calcule pas, ça peut être un défaut, mais aussi une qualité parce que ça amène de la sincérité. J'assume mes propos, mes actes, si ça plaît tant mieux, si ça ne plaît pas, je m'en fous."

A ceux qui disent qu'il est dur avec les gens, il réplique. "Oui je le suis, mais parce que je suis dur avec moi-même. J'ai de la légitimité dans ce que je fais, parce que je comprends les gens. Je comprends leurs problèmes parce que je les ai eus aussi. Mes parents ont galéré, ce n'est pas facile de travailler à deux dans un restaurant. Mon père en cuisine tout seul, à faire la plonge, ma mère en salle à tout gérer, et les enfants avec. Et nous on était là pour les aider, on avait douze ans."

Mon petit frère de huit ou neuf ans venait des fois faire la plonge. Ça forge le caractère, ça apprend à vivre avec de vraies valeurs de respect et de travail.

Philippe Etchebest

à franceinfo

A ceux qui doutent, qui ont peur du regard des autres, il veut faire passer un message. "C'est bien d'avoir peur. Moi j'ai peur. Mais il faut passer ce cap et ce dire 'Il faut y arriver'. Allez-y, faites ! Le seul regret qu'on peut avoir, c'est celui de ne pas avoir tout donné. Si on n'y arrive pas, c'est qu'on n'est pas capable, et on fait autre chose, il ne faut pas s'obstiner et s'enfoncer."

Philippe Etchebest invité de France bleu Gironde, le 28 septembre 2016
Philippe Etchebest invité de France bleu Gironde, le 28 septembre 2016 (FRÉDÉRIC FLEUROT / FRANCE-BLEU GIRONDE)