Cet article date de plus d'un an.

Musique : Claudio Capéo en tournée avec "un album qui se prête au voyage"

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo. Aujourd’hui, le chanteur et accordéoniste Claudio Capéo. Fin novembre 2022, il a sorti son cinquième album, "Rose des vents", et est actuellement en tournée.
Article rédigé par franceinfo - Elodie Suigo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 272 min
Le chanteur et accordéoniste, Claudio Capéo, en 2018. (VALERY HACHE / AFP)

Claudio Capéo est chanteur et accordéoniste. Révélé lors de sa participation à la cinquième saison de l'émission The Voice sur TF1, après des années dans l'ombre, le grand public l'a découvert avec le single Un homme debout issu de son troisième album éponyme, classé numéro 1 des ventes en France cinq semaines de suite en août 2016. Fin novembre 2022, il a sorti son cinquième album Rose des vents et est actuellement en tournée.

franceinfo : Un homme debout a vraiment été une révolution. Comment l'avez-vous vécue ?

Claudio Capéo : Très bien ! Et à la fois, je me disais : est-ce que c'est un sketch ? Est-ce qu'on est en train de faire une grosse farce ? Ce n'est pas évident. D'un coup, tu t'entends partout, tu te vois partout. Ça fait bizarre quand même.

Votre dernier album Rose des vents est sorti fin novembre 2022. Est-ce une façon de se présenter davantage ?

Oui. C'est simplement un album qui se prête au voyage. On le voulait élégant, on le voulait fort dans les mots, dans les notes, dans le poids des mots, surtout. C'est énormément de vérités. Et puis c'est beaucoup d'amour. Pour une fois, je parle d'amour. Je n'en ai jamais parlé avant et il fallait en parler même de l'amour vache, de l'amour à domicile qui n'est pas forcément toujours évident.

"Dans l'amour, ce qui est beau, c'est de pouvoir se fâcher de temps en temps et puis de se réconcilier. Cette réconciliation qui fait du bien !"

Claudio Capéo

à franceinfo

Il y a des chansons à fleur de peau comme L'amour après l'orage, axée sur le pardon...

Le pardon fait avancer. Les mots font avancer. Le discours, les échanges aussi. C'est important de pouvoir être forts, de pouvoir être unis. Quand on vit un amour qui est magnifique et qui du jour au lendemain se termine parce qu'il y a eu des petites bêtises, des trucs, je pense qu'il faut parler avant de tout plaquer. C'est important.

Votre rôle de père a-t-il changé votre regard sur la vie ?

Complètement. Parce qu'il y a mes petits anges qui sont là et parce que je n'ai pas envie de dire que je suis devenu un monsieur, un homme, que j'ai grandi. Mais c'est vrai que ça change tout. On a un regard différent sur le monde, tout simplement, sur nos vies, sur ce que l'on est, sur ce que l'on a envie de vivre et là où on a envie d'aller tout court.

Vous leur offrez une énorme déclaration d'amour avec C'est toi le futur...

Ils sont notre avenir à nous tous. Parce que nous, on est là pour leur apprendre le passé, mais eux, ils nous apprennent le futur. Par exemple, sur des réseaux sociaux, des trucs bêtes, souvent, c'est César, dix ans, qui m'aide ! Et je revois mon père à l'époque, quand j'apprenais des choses à mon papa, c'est assez drôle. Mon père souriait, ça le faisait rire, il était trop content : "Mon fils m'apprend quelque chose !". Qu'est-ce que ça fait du bien, on se dit qu'on a réussi.

Il y a des moments où vous avez trébuché ?

Mais bien sûr, j'ai trébuché. Ça m'est arrivé à deux reprises, c'était compliqué. Aujourd'hui, j'ai envie de dire merci, merci à tous ces moments difficiles, parce qu'ils m'ont appris à pouvoir réfléchir différemment, à prendre un petit peu plus le temps de prendre soin de moi, dormir et arrêter d'être tout le temps sur les gens. Ne penser qu'à eux tout le temps. C'est quelque chose que ma mère m'a inculqué et je ne lui en veux pas du tout, au contraire ! Je lui dis merci. Mais c'est vrai que, par moments, il faut savoir penser un petit peu à soi.

"À force de se nourrir à cœur ouvert tout le temps de tous les malheurs des autres, ça finit par déborder et puis ça explose. Et moi, j'ai implosé complètement. J'ai perdu pied."

Claudio Capéo

à franceinfo

Vous avez eu une ascension très rapide. Trop ?

Trop, non ! Parce que c'était tellement joyeux, tellement festif et c'était musical ! Quel bonheur ! Encore une fois, je n'ai pas le droit de me plaindre. Si, je rentre à la maison et que je me plains, ma mère me dit : "Claudio, si tu te plains encore une fois, tu vas te la prendre ! Ce n'est pas possible, tu n'as pas le droit de te plaindre. Regarde ce que tu vis, regarde toutes les personnes derrière qui aimeraient le vivre. Tu vas te taire, tu y retournes et tu vas signer. Tu ne lâches rien du tout. Alors tu n'en as plus envie et tu laisses tomber, mais tu ne viens pas te plaindre à la maison !"

Vous avez mis du temps à prendre conscience que vous aviez cette capacité d'être chanteur...

Bien sûr ! Je n'ai pas pris de cours. Du jour au lendemain, j'ai commencé à chanter dans ma chambre. Et je n'aimais pas ma voix, je n'aimais pas trop ma gueule, mes dents, tout ça quoi ! Et puis finalement, avec le temps, ça va beaucoup mieux. Mais c'est un long périple avant d'être un petit peu plus à l'aise dans son corps et dans ce qu'on peut donner. Aujourd'hui, j'assume, c'est cool parce que le regard des gens est super bienveillant. Quand je suis dans la rue, quand je me balade, ce sont beaucoup de grands sourires. Je prends le temps avec ces personnes qui viennent à ma rencontre et on s'adore. Je ne les connais pas, ils ne me connaissent pas, mais on s’adore. Et c'est là que je me dis qu'il faut que je sois bien pour eux. Si je ne le fais pas pour moi, il faut que je le fasse pour eux.


Le public vous a adopté dès les premières notes et ne vous a jamais lâché. Quelle place occupe la scène dans ce parcours dans votre vie ?

La scène est incroyable parce que ce sont les moments dans lesquels on lâche tout, les moments où on se retrouve, où on est ensemble, unis. C'est là où on est les plus forts. Et encore une fois, merci parce que c'est vrai qu'avec beaucoup de personnes du public, on s'est lié d'amitié. Ce sont des gens qui reviennent tout le temps aux concerts et on vieillit ensemble. Ça fait 15 ans qu'on est sur scène, mais, ça fait sept ans qu'on est connu et les personnes des débuts sont encore là. C'est quasiment la moitié de ma vie, c'est quand même assez merveilleux.

Claudio Capéo sera en concert ce jeudi 12 janvier 2023 à Grenoble, le 13 à Nice, le 14 à Saint-Étienne, le 26 à Lille. En février, au Mans, à Orléans et Nantes. On le retrouvera en mai, juillet et octobre prochain pour d’autres dates.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.