"La planète Coldplay est très heureuse en ce moment" : rencontre avec Will Champion et Guy Berryman

écouter (5min)

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo. Aujourd’hui, Will Champion et Guy Berryman, le batteur et le bassiste du groupe Coldplay. Un neuvième album vient de sortir : "Music of the spheres".

Article rédigé par
Elodie Suigo - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Jonny Buckland, Chris Martin, Guy Berryman et Will Champion, du groupe Coldplay, se produisent sur la scène du iHeartRadio Theater, à Burbank, en Californie, le 14 octobre 2021. (KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Will Champion et Guy Berryman sont, dans l'ordre, le batteur et le bassiste du groupe Coldplay. Fondé en 1998, soit 23 ans déjà, il est devenu l'un des plus grands groupes à succès du nouveau millénaire avec plus de 100 millions de disques vendus à travers le monde dont les titres incroyables comme Clocks, Yellow ou encore Trouble.

Depuis ses débuts, il n'a jamais cessé de défendre des causes caritatives, notamment pour le commerce équitable*. Il sort un neuvième album plein de surprises intitulé Music of the Spheres, disponible depuis le 15 octobre.

franceinfo : Que représente l'album Music of the spheres pour vous ?

Guy Berryman : Il représente notre tentative d'essayer d'expliquer comment on sent nos vies sur la planète Terre en utilisant une métaphore de différentes planètes, différents caractères dans différentes situations. C'est vraiment une manière plus facile de parler de la vie sur Terre.

Ce qui est étonnant, c'est que vous avez toujours eu la tête dans les étoiles. D'ailleurs, vous avez fait une belle collaboration intersidérale avec Thomas Pesquet, devenu le patron de la Station spatiale internationale. Le message était assez clair : "Signal trouvé, communication extraterrestre établie".

Pouvez-vous me décrire la planète Coldplay ?

Will Champion : C'est une très vieille planète, très amicale. Il n'y a que quatre habitants, donc ce n'est pas très fourni, mais pour être honnête, on est heureux d'être dessus. On a eu une année et demie très difficile sur la planète Terre et c'est fantastique de voyager à nouveau, parler à des gens amicaux, de retourner sur les routes et surtout de pouvoir revenir en France. La planète Coldplay est très heureuse en ce moment.

Will, vous avez organisé le premier concert de Coldplay, c'était incroyable d'ailleurs, parce que vous avez commencé la batterie, alors que vous n'en n'aviez jamais touché une. A cette époque, le groupe s'appelle Starfish, il y avait déjà une étoile dans le nom du groupe, vous rêviez à quoi à ce moment-là ?

Will Champion : C’était de l'excitation. Celle de jouer de la musique ensemble et de nous donner des buts, des cibles à atteindre. La première, ça a été de jouer en concert. J'ai réussi à en trouver un, il fallait qu'on joue une semaine plus tard. Il a fallu qu'on répète beaucoup et je me rappelle de ce sentiment. Chaque semaine, il y avait quelque chose de nouveau, un nouveau concert ou une nouvelle chanson à donner à une station de radio. On faisait des compétitions, des radio-crochets. Ce sentiment de bouger aussi rapidement là-dedans me rendait vraiment très fier. On a travaillé dur et tout est allé vite.

Et vous Guy, à quoi rêviez-vous au début ? Parce que c'est d'abord un groupe de potes qui avait envie de faire de la musique.

Guy Berryman : On a toujours été très ambitieux et déterminés à faire des concerts et écrire assez de chansons pour un album, pour par la suite avoir un contrat avec une maison de disques et en faire notre boulot, notre profession. On a beaucoup travaillé et je crois qu'on a toujours été très passionnés à propos de la musique et on n'a jamais perdu notre objectif.

Alors, c'est un groupe de garçons, mais il y a toujours des petites touches féminines à droite, à gauche. Il y a eu deux femmes auparavant : Beyonce et Rihanna. Aujourd'hui, c'est Selena Gomez sur ce titre qui est juste sublime : Let somebody go

Will Champion : Oui, on adore collaborer, en particulier ces dernières années puisque qu'au début, c'était assez fermé. On ne voulait pas que quiconque vienne aider, contribuer à la musique, mais au fur et à mesure du temps, on s'est rendus compte qu'on avait joué tellement de chansons, de musique dans le monde à quatre qu'on s'est finalement ouverts aux autres. C'est tellement marrant de jouer avec les autres.

* Chaque album du groupe Coldplay est en carton et plastique renouvelés. Les vêtements qu'il vend sur les stands sont en coton cultivé de manière durable et pour chaque album, un arbre est planté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.