Cet article date de plus de deux ans.

Kery James : "J'ai fini par faire du journalisme à travers ma musique"

écouter (2min)

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie. Aujourd'hui, elle reçoit le rappeur Kery James.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Kery James lors d'un concert à Angers, le 24 février 2018. (JOSSELIN CLAIR / MAXPPP)

Kery James est un homme multi-casquettes, une façon "de ne pas se laisser enfermer dans un seul circuit". Il a envie de faire plein de choses, ne pas être mis dans une case et sortir des sentiers battus.

Le rappeur a une actualité très chargée : la réédition de l’album J’rap encore, la sortie du titre Les yeux mouillés avec Youssoupha, une tournée dans toute la France, un spectacle à l’AccorHotel Arena le 2 décembre, un film coréalisé avec Leila Sy Banlieusards le 12 octobre sur Netflix et à venir, la reprise de sa pièce de théâtre : À vif.

Il naît en Guadeloupe lors d’un voyage de sa mère, alors enceinte de lui. Ses parents sont d’origine haïtienne, ils y vivront sept ans avant que son père décide de les envoyer en métropole. Kery arrive en France et part en pension avec sa sœur. Son père est très porté sur l’écriture, le texte, il est écrivain public en Haïti et rêve que son fils devienne journaliste. "Finalement, j’ai fini par faire du journalisme à travers ma musique", confie aujourd'hui l'artiste.

Il a 13 ans quand il créé son premier groupe Ideal Junior et c’est un an plus tard qu’il sort son premier disque. C’est à la suite de la disparition d’un ami assassiné que son travail d’introspection commence. Il lit beaucoup et choisit l’islam sur les bases transmises par sa mère, intéressée par tous les cultes.

La passion de l'écriture

Tout comme son père, l'écriture est son fil conducteur. C'est par cette passion qu'il rencontre MC Solaar, venu justement à Orly pour animer un atelier d'écriture pour les jeunes. Kery a alors 11 ans et MC Solaar lui offre de chanter sur le titre Ragga Jam sous le nom de Kery B dans son album Qui sème le vent récolte le tempo. À cette époque, selon Kery James, le rap n'était pas qu'une histoire d'argent.

Le film Banlieusards. L’État est-il le seul responsable de la situation actuelle des banlieues ? coréalisé avec Leila Sy sort le 12 octobre sur Netflix. Kery James en a écrit le scénario il y a cinq ans, mais il a fallu batailler pour obtenir des financements, les producteurs étant frileux avec le sujet sensible qu’est la banlieue. C’est une histoire de famille avec trois frères. Un aîné qui flirte avec le grand banditisme, un cadet qui suit la voie du droit en étant élève avocat et le dernier qui doit choisir auquel des deux il souhaite ressembler.

Kery James, c’est aussi la scène avec une tournée dans toute la France (Lyon, Lille, Herblay, Istres etc…). Il donne également rendez-vous à ses fans le 2 décembre prochain, à l’AccorHotel Arena pour un énorme spectacle avec des invités et un voyage musical recouvrant à peu près toute sa carrière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.