Le monde d'Elodie, France info

Jean Van Hamme : "J’ai fait comme les coureurs cyclistes, j’ai décidé de passer professionnel"

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Elodie Suigo et se confie. Aujourd'hui, le scénariste de bande dessinée, Jean Van Hamme.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Jean Van Hamme, raconteur d\'histoires.
Jean Van Hamme, raconteur d'histoires. (JOEL SAGET / AFP)

Le Belge Jean Van Hamme fait partie des auteurs incontournables dans le monde de la BD. Il est adulé pour ses scénarios. Ce raconteur d’histoires a créé plusieurs séries qui marchent très fort comme Thorgal, Largo Winch ou encore XIII. Cette série XIII devenue XIII Mystery chez Dargaud vient de donner naissance à un petit dernier signé Jean Van Hamme : Judith Warner. C’est l’un de ses personnages favoris qu’il avait mis en scène dans Le dossier de Jason Fly et Dans la nuit du 3 août. Dans ce nouvel album, les femmes sont à l’honneur et tentent de reprendre leur destin en main.

Une enfance solitaire, plongée dans les bouquins

Jean Van Hamme réussit encore une fois à nous captiver. Il faut dire que très tôt et malgré divers métiers, son écriture pour les scénarios l’a toujours habitée. "Quand j’ai terminé mes études primaires, j’habitais Bruxelles centre-ville. Ma mère était morte quand j’avais deux ans et mon père ne s’est jamais remarié. Il a estimé que j’avais besoin d’un entourage un peu plus féminin. Nous sommes en 1950. Il m’a donc inscrit dans ce qu’on appelle un Athénée, que vous appelez un lycée, qui se trouve mais vraiment à l’autre bout de la ville mais qui était le seul qui était mixte, avec des filles, même si dans la cour de récréation on ne se mélangeait pas. Résultat : non seulement je me tapais huit kilomètres de retour à vélo, ce qui m’a fait de très beaux mollets mais je n’avais pas de copains qui vivaient près de chez moi. Donc j’étais un solitaire et le solitaire se réfugiait dans la lecture parce que j’adorais lire. Mon père avait une grande bibliothèque et tout près de chez nous, il y avait une boutique qui louait des livres pour un franc belge pour une semaine et je dévorais, dévorais, dévorais. Quand vous aimez lire des histoires, vous vous dites mais peut-être que j’aurais aussi envie d’en écrire. Et j’ai commencé à 15 ans à écrire des petites nouvelles très mauvaises mais juste pour m’exercer et ce goût est venu progressivement mais c’est resté un hobby."

Après j’ai fait une carrière commerciale, je dirais assez classique, dans des multinationales qui me faisaient voyager, ce que j’aimais bien. Et puis un beau jour je me suis dit : non, ce n’est pas possible.

Jean Van Hamme

à franceinfo

"Je suis en train de me tromper de direction. Je vais devenir directeur général ou président directeur général, ça ne m’intéresse pas du tout. Je n’ai pas envie de faire partie du rotary ou autres trucs. J’ai envie de raconter des histoires. Je racontais déjà des histoires à ce moment-là, quand j’étais encore employé. Je reprenais en bande dessinée les personnages des autres. Et puis, j’ai fait comme les coureurs cyclistes, j’ai décidé de passer professionnel. Donc j’ai démissionné et je me suis lancé, en promettant à la femme de ma vie que je venais de rencontrer, l’année 1976 a été une grande année, que j’allais être riche et célèbre au bout de cinq ans. Au bout de cinq ans, elle a dit : et bien ? Quand est-ce que ça vient ? C’est pas encore là ? Et puis c’est venu un peu plus tard."

"Je n’ai jamais douté une seule seconde"

Promesse tenue à sa femme mais on est amené à se demander si Jean van Hamme a jamais douté. "Jamais. J’ai triché en disant à ma belle et tendre que j’allais être riche et célèbre. Ce que je voulais, c’était pouvoir pouvoir vivre de mes histoires, point. Pas vivre luxueusement, je n’aime pas les voitures, je n’allais certainement pas m’acheter un voilier. Je crois que c’est après huit ans que je suis arrivé à dire là, maintenant, j’ai Thorgal qui marche bien, j’ai XIII qui démarre bien, là je vais pouvoir vivre de ma plume. Je ne demandais pas plus. Il se fait que le succès m’a rattrapé. Tant mieux. Maintenant on vole en business plutôt qu’en économique, c’est la seule différence finalement."

Son premier personnage est un inédit, inventé pour ses fils

Thorgal, Largo Winch, XIII, XIII Mystery des scénarios et des personnages hauts en couleurs, au caractère bien trempé... Quel a été le premier personnage créé par Jean Van Hamme ? "Ashmet. Vous n’avez jamais entendu parler de ça. J’ai été très vite divorcé de mon premier mariage, le temps d’avoir deux fils que je voyais un week end sur deux. Le soir pour les endormir, je leur racontais les histoires d’Ashmet, un jeune garçon qui vient du mythique Moyen-Orient, le Bagdad d’avant, et qui avait hérité d’un tapis volant. Avec ce tapis volant, il partait à travers le monde et rencontrait des personnages formidables que j’inventais au fur et à mesure. Donc c’était le premier personnage que j’ai créé et qui n’a jamais été mis en papier ni sur dessin. Mes fils, qui ont maintenant la cinquantaine bien sonné,e s’en souvienne encore avec émotion."

Jean Van Hamme, papa de l’album XIII Mystery chez Dargaud consacré à Judith Warner et aussi de Kivu, une BD reportage à mettre entre toutes les mains qui raconte le parcours du prix Nobel de la paix, le docteur Mukwégé qui répare les femmes, aux éditions Le Lombard.

Jean Van Hamme, raconteur d\'histoires.
Jean Van Hamme, raconteur d'histoires. (JOEL SAGET / AFP)