Le monde d'Elodie, France info

Christophe Michalak : "Un très grand chef m’a expliqué que le seul endroit où se réunit une famille c’est autour d'une table"

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie. Aujourd'hui, elle reçoit le chef pâtissier Christophe Michalak, champion du monde de Pâtisserie, pour son livre "La pâtisserie en famille" aux Editions HarperCollins qui sort ce mercredi.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Christophe Michalak, patissier.
Christophe Michalak, patissier. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

L’idée de ce livre La pâtisserie en famille de Christophe Michalak est venue lors de vacances en famille. Il adore faire la cuisine pour ses enfants et eux, apprécient particulièrement le riz au lait : "Un bon riz au lait, c’est du lait, du riz, un peu de sucre et on touille 45 minutes sans bouger, et je me suis dit que non, ce n’est pas possible". Il réfléchit donc à une recette moins longue à exécuter : "J’ai cuit mon riz très simplement en sachet pendant 20 minutes, je l’ai ouvert et assaisonné comme une salade avec du Mascarpone et du lait concentré sucré, ça a fait un riz au lait juste fabuleux et sur cette pratique je me suis dit pourquoi pas développer des recettes simples, efficaces, rock’n roll à faire en famille ?"

Avant la pâtisserie, c’est le dessin qui le fascine, il lit déjà des Comics à 7 ans, il rêvait de faire les Beaux-Arts. Sa mère est aide-soignante de nuit et fait des ménages le jour, et il est souvent gardé par sa grand-mère.

Il y a une forme de respect quand on voit sa mère travailler comme ça et prendre tout à bras le corps, c’est un modèle unique. Je voulais devenir un homme très vite

Christophe Michalak

à franceinfo

Il a vécu avec son père biologique de ses 7 ans à 14 ans mais il n’en garde pas de bons souvenirs, il s’estime chanceux d’avoir développé de la résilience.

Pas de supers pouvoirs dans le dessin : "Mais le pouvoir de donner du plaisir aux autres". Ça commence en faisant des gâteaux au yaourt, des salades de fruits avec sa mère et pour les amies de celle-ci. Il en vend pour se payer l’essence de sa mobylette, moyen de transport indispensable quand on vit à la campagne, en l’occurrence en Vendée. Dès qu’il devient apprenti pâtissier, Christophe Michalak a un but :

Je ne savais pas quel chemin il fallait prendre, je voulais aller là-haut et être dans les meilleurs.

Christophe Michalak

à franceinfo

Il fait ses armes dans une pâtisserie de village à la Bruffière avant de déménager avec sa mère, mutée à Chollet. Il a 16 ans. Il se fait embaucher dans une  pâtisserie de la ville et met les bouchées doubles pour être le meilleur : "J’étais un enragé". Après le Negresco à Nice, son rêve est de rentrer chez Fauchon avec Pierre Hermé "qui était la star des pâtissiers et qui le reste toujours". Il tutoie les sommets à l’âge de 26 ans et devient chef-pâtissier au Plaza Athénée. Quatre ans plus tard, il devient champion du monde de pâtisserie. Mais pour lui rien n’est jamais acquis : "C'est comme en amour rien n’est jamais acquis, si tu crois que c’est acquis tu te fais lourder".

Il résume sa pâtisserie en quatre "E" : L’élégance, l’équilibre dans les saveurs, les textures et les températures, l’émotion car "s'il n’y a pas d’émotion ça ne sert à rien de se lever à 6 heures du matin", et pour finir l’éfficacité.

La pâtisserie en famille est publié aux Editions HarperCollins.

Christophe Michalak, patissier.
Christophe Michalak, patissier. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)