Alain Souchon sur son "Âme fifties" : "Un petit regret de l'ambiance des années 50, mais sans mélancolie"

écouter (5min)

Toute cette semaine, Alain Souchon est l’invité exceptionnel du monde d’Elodie. Un tête-à-tête en cinq chansons qui ont marqué sa vie professionnelle comme personnelle. Aujourd’hui, "Âme fifties".

Article rédigé par
Elodie Suigo - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Alain Souchon au Printemps de Bourges (Cher) le 27 juin 2021 (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Alain Souchon est l'une des figures majeures de la chanson française depuis les années 70. Sa carrière est notamment marquée par sa collaboration, sa très forte amitié avec Laurent Voulzy depuis 1974. Il a sorti, il a quelques semaines, un best-of, (Nouvelle) collection, comprenant trois CD avec 57 titres très connus ou un peu moins et aujourd’hui, on parle de la chanson Âme fifties.  

franceinfo : La magie de cette semaine passée avec vous va continuer puisque vous êtes en tournée. La scène, c'est votre cour de récréation aujourd'hui ?

Alain Souchon : "Cour de récréation", je ne m'attendais pas à cela ! C'est très agréable de chanter, mais en même temps, quand c'est tous les soirs et qu'on fait des voyages entre, c'est un peu fatigant. Pas fatigant comme quand on a envie de dormir, c'est pour la voix. On est anxieux pour elle, pourvu que demain, ça aille, je n'ai pas bien dormi. Ce sont des trucs physiques comme doivent avoir les footballeurs, c'est à ce niveau-là, mais sans ça, évidemment, de retrouver des amis qui vous applaudissent, c'est merveilleux, vraiment.

Quand on vient vous applaudir, on se rend compte de votre humour, de l'amour du public. Votre amitié avec Laurent Voulzy a enfin donné en 2014, après 40 ans d'attente, un album, qu'on n'attendait plus par ailleurs : Alain Souchon et Laurent Voulzy. Pourquoi avez-vous mis autant de temps ?

"On a fait un disque, avec Laurent Voulzy, spécialement pour pouvoir chanter ensemble des chansons qui rassemblaient, qui ne heurtaient pas trop ses idées ni les miennes."

Alain Souchon

à franceinfo

On a chacun nos personnalités, donc. Après, c'était un véritable plaisir parce qu'on aime bien chanter à deux voix.

J'ai l'impression que ça a, d'ailleurs, changé votre façon d'interpréter notamment avec ce premier single : Derrière les mots, accueilli à bras ouverts par le public et qui a inondé les ondes très rapidement. Cette chanson est un beau résumé de cette collaboration, de cette amitié, de ces moments de partage.

Oui. Ça a été un plaisir de faire ça. Sa musique vous porte, vous embarque et puis on chante à deux voix ! Et puis, c'était marrant de dire : "Derrière les mots. Derrière nos voix. Est-ce que l'on voit nos cœurs ?"

En 2019 est sorti Âmes fifties, dix chansons écrites pour marquer plein de choses comme votre envie de revenir sur le devant de la scène et puis une collaboration avec Edouard Baer.

Je trouve Edouard Baer extraordinaire. On parlait au téléphone, il disait des mots et je lui demandais : Ça ne t'embête pas qu'on en fasse une chanson ? Et puis après, il était même un petit peu content donc on a continué à faire la chanson ensemble. Ça s'appelle Presque avec la musique de Pierre et Charles. C'était un plaisir.

Cette transmission vers vos enfants est aussi incroyable.

Oui. Pierre a un don pour trouver des mélodies dont on se souvient. Il ne veut pas être chanteur, même s'il l'a été un peu au début, mais ça ne lui a pas plu du tout. Il aime faire des mélodies. Et Ours fait sa belle carrière, ça marche bien. Il fait des concerts où il y a toujours du monde, c'est bien.

"Je suis content de voir Pierre et Ours faire de la musique. Ça les amuse que je sois chanteur, et moi ça me plaît qu'ils soient aussi chanteurs parce qu'ils s'épanouissent là-dedans. J'aime bien que ce soit comme ça."

Alain Souchon

à franceinfo

Quel est votre regard sur ce parcours ?

Quelle chance j'ai eue ! C'est tout ce que je peux vous dire. D'avoir la femme que j'ai, d'avoir rencontré Laurent Voulzy, d'avoir mes enfants et mes petits-enfants comme ils sont. D'avoir cette espèce de petit don qui me dépasse un peu, de faire des chansons et qu'elles se soient envolées parmi les gens comme ça, c'est assez merveilleux.

Il y a eu des moments de doute ?

Il y en a tout le temps ! Quand on commence une phrase, on se dit : "Ça, c'est idiot", alors je demande à Pierre et à Ours ce qu'ils en pensent.

Qu'est-ce que c'est l'Âme fifties alors ?

C'est ce regard sur le monde des années 50, qui m'est un petit peu resté. C'est-à-dire qu'on garde toujours un petit regret des voitures de l'époque, de l'ambiance de l'époque, mais sans mélancolie. Juste comme ça, ça existe.

Que représente ce dernier album ?

Le fait que je ne sois pas complètement "has been". Vous savez, c'est un métier. Johnny Hallyday, on lui disait : "Mais alors, Johnny, vous avez 72 ans ?", "Ah non ! J'ai 30 ans !", alors c'est un métier comme ça, où on a 30 ans. Après, quand on regarde la carte d'identité, on dit : "Oui, mais putain, je n'ai plus 30 ans", ça fait peur. Donc on doute de son talent, on se demande si cela va continuer, si on est encore habile, si on sait encore faire. On se pose des questions comme ça.

Alain Souchon est actuellement en tournée, il sera par exemple le 3 janvier 2022 à Montbéliard, le 4 Nantes. Toujours en janvier 2022, il passera par Marseille, Dijon, Amnéville, Paris, etc…

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.