Le livre du jour, France info

"Pietra viva", de Léonor de Récondo

Les chemins de la création artistique sont toujours tourmentés. C'est ce que rappelle la violoniste virtuose Léonor de Récondo dans son deuxième roman Pietra viva.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Un moment clé de la vie du jeune Michel-Ange dans les carrières
de marbre de Carrare, face à son passé, à ses obsessions et ses rêves. Ce livre
magique, magnifique et lumineux est un best-seller.

Pietra
viva
, de Léonor
de Récondo est publié aux éditions Sabine Wespieser (228 p., 20E) Note : *** 

Mot de l'éditeur

Michelangelo, en ce printemps 1505, quitte Rome bouleversé. Il vient de découvrir sans vie le corps d'Andrea, le jeune moine dont la beauté lumineuse le fascinait. Il part choisir à Carrare les marbres du tombeau que le pape Jules II lui a commandé. Pendant six mois, cet artiste de trente ans déjà, à qui sa pietà a valu gloire et renommée, va vivre au rythme de la carrière, sélectionnant les meilleurs blocs, les négociant, organisant leur transport. Sa capacité à discerner la moindre veine dans la montagne a tôt fait de lui gagner la confiance des tailleurs de pierre. Lors de ses soirées solitaires à l'auberge, avec pour seule compagnie le petit livre de Pétrarque que lui a offert Lorenzo de Medicis et la bible d'Andrea, il ne cesse d'interroger le mystère de la mort du moine, tout à son désir impétueux de capturer dans la pierre sa beauté terrestre. Au fil des jours, le sculpteur arrogant et tourmenté, que rien ne doit détourner de son oeuvre, se laisse pourtant approcher : par ses compagnons les carriers, par la folie douce de Cavallino, mais aussi par Michele, un enfant de six ans dont la mère vient de mourir. La naïveté et l'affection du petit garçon feront resurgir les souvenirs les plus enfouis de Michelangelo. Parce qu'enfin il s'abandonne à ses émotions, son séjour à Carrare, au coeur d'une nature exubérante, va marquer une transformation profonde dans son oeuvre. Il retrouvera désormais ceux qu'il a aimés dans la matière vive du marbre.

(©)