Le livre du jour, France info

"Le siècle des quatre empereurs. Sun Yat-sen, Chiang Kai-shek, Mao Zedong, Deng Xiaoping" de Rémi Kauffer

La Chine moderne a été construite par quatre hommes de fer : Sun Yat-sen, Chiang Kai-shek, Mao et Deng Xiaoping. Dans son nouveau livre, l'écrivain et journaliste Rémi Kauffer raconte l'histoire de ces chefs d'État hors normes qu'il surnomme des "Empereurs". 

(©)

Ces personnages, dans la souffrance et la tragédie, ont conduit la Chine à marche forcée vers son destin de super-puissance.

"Le siècle des quatre empereurs. Sun Yat-sen, Chiang Kai-shek, Mao Zedong, Deng Xiaoping "** ** de Rémi Kauffer est publié aux éditions Perrin. 

(478 p., 24€).

Résumé : Chacun d'entre eux aura eu le mérite de réveiller le dragon chinois et d'effacer les humilitations subies par la Chine face aux puissance occidentales au XIXème siècle. Avec des moyens et des résultats contrastés. Un y sera pleinement parvenu, Deng Xiaoping. Car on peut retenir l'inconstance de Sun Yat-sen, hésitant entre la démocratie de l'Occident et la dictature du prolétariat de l'Union soviétique, et se perdant dans le dédale de ses complots. Chiang Kai-shek fut sans doute à deux doigts de faire basculer la Chine dans l'ère moderne. Sorti grand vainqueur de la Seconde Guerre mondiale, il se retrouvait cependant quatre ans plus tard contraint d'abandonner la Chine continentale aux communistes, parce qu'il manquait de vision.

Mao lui n'en manquait pas, ni non plus de charisme. Mais, la victoire venue, on le vit incapable de gérer le pays d'une main calme, sans cyclones et drames de toutes sortes provoqués par lui-même, et qui se traduirent par les 40 millions de morts du Grand Bond en avant, les 3 millions au moins de la Révolution culturelle, sans compter les purges incessantes de l'armée, du parti communiste, des populations modestes. Deng Xiaoping (1904-1997), qui a vécu tous les soubresauts de la Chine moderne, de la Grande Marche jusqu'à l'entrée des communistes dans Pékin, de la Révolution culturelle jusqu'aux événements de la place Tien'anmen, est celui qui lui aura permis de faire sa mue et de rentrer dans la modernité pour devenir enfin "l'hyper-puissance" dont l'avènement avait été prophétisé par Napoléon à Sainte-Hélène: "quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera".

Notez par ailleurs que Rémi Kauffer et Roger Faligot publient Kang Sheng. Le maître espion de Mao  aux éditions Tempus (444 p., 10€)

(©)