Cet article date de plus de huit ans.

"La Vénitienne de Bonaparte", de Gabriel Milesi

écouter (5min)
L'extraordinaire République de Venise a vécu pendant 1.100 ans, de 697 à 1797, année où l'armée française dirigée par Bonaparte a mis fin à sa puissance. C'est cette histoire, qui se double d'une passion amoureuse, que raconte le célèbre journaliste économique Gabriel Milesi dans son premier roman. Un livre qui mêle avec habileté complots, ambitions et désirs.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

**"La Vénitienne de Bonaparte", de Gabriel Milesi
est publié aux éditions Michel de Maule (398 p.,) – Note : *****

  Résumé  : Venise 1795. Une femme, Isabella Teotochi,
favorable aux idées des philosophes des Lumières, y tient un salon littéraire.
Sa rencontre avec un Français, Dominique Vivant-Denon, futur créateur du
Louvre, va changer le cours de sa vie. Denon anime une société secrète visant à
promouvoir les idéaux révolutionnaires. Pendant ce temps, l'armée d'Italie,
commandée par le général Bonaparte, marche contre l'empire autrichien.
Isabella, séductrice, adulée par tous les poètes, courtisée par les
aristocrates, se met au service de Napoléon, qui se dit le libérateur de
l'Italie. Mais elle se heurte aux ambitions d'un Inquisiteur, amoureux d'elle,
prêt à tout pour la posséder, qui, s'appuyant sur les monarchistes français
réfugiés dans les États de Venise et sur une société secrète s'apprête à faire
un coup d'État... Ce roman fait vivre la chute d'un État puissant qui a connu
1000 ans d'indépendance. Il met en scène des personnages qui ont réellement
existé, même si certaines aventures qu'ils vivent sont issues de l'imagination
de l'auteur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.