Le livre du jour, France info

La réédition de la BD de 1915 "Les Pieds Nickelés s'en vont en guerre"

La première guerre mondiale a mobilisé toutes les ressources du pays, y compris les personnages imaginaires tels qu'Arsène Lupin, Bécassine, Fantômas ou les Pieds Nickelés. A l'occasion du début de la commémoration de cette guerre épouvantable, la très sérieuse maison d'édition Vuibert réédite Les Pieds Nickelés s'en vont en guerre, la fameuse bande dessinée créée par Louis Forton.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Ce
livre, publié en 1915
, est préfacé par le célèbre l'historien Jean Tulard et il
a été, pour la première fois, colorisé par Benjamin Strickler . Une découverte
qui permet de comprendre pourquoi les Pieds Nickelés se** sont inscrits à
jamais dans l'inconscient national.
 *
Les Pieds
Nickelés s'en vont en guerre* , de Louis Forton, préfacé par Jean Tulard,
est publié aux éditions Vuibert (88 p., 14,90 €) –
Note : ***

Résumé

Ribouldingue,
Croquignol et Filochard déploient leur art de la débrouille dans les tranchées.
Des aventures publiées en 1915, à redécouvrir en couleur !

  • "Avoir les pieds nickelés", loc. : Ne pas vouloir marcher, être de mauvaise volonté pour faire ce qui est demandé ; être fainéant, paresseux.*

Sauf que Croquignol, Ribouldingue et Filochard, loin d'être des
incapables, sont surtout des as de la débrouillardise et des génies de
l'escroquerie ! Les trois poteaux, en bons patriotes, s'en vont au
front. Les Boches n'ont qu'à bien se tenir ! Pour notre plus grand
plaisir, ils se surpassent : blagues de collégiens (des boules puantes
pour vider les tranchées ennemies, déguisements improbables pour se
payer leur tirelire, etc.) ou grandioses entreprises, ils gagnent à tous
les coups et mettent la pâtées aux casques-à-pointe !

Depuis leur naissance en 1908, la France d'avant-guerre goûtait à
l'impertinence des trois lascars. Publiées d'abord en feuilletons dans L'Épatant,
revue hebdomadaire destinée aux enfants, du 21 janvier au 30 septembre
1915, et recolorisées à l'occasion de cette réédition, leurs
effronteries dans les tranchées n'ont pas pris une ride...

(©)