Le livre du jour, France info

"La Parisienne dans l’art", de Sabine Denuelle

La Parisienne fascine le monde entier. Elle est supposée avoir un "je ne sais quoi" qui parle à l’imagination. C’est ce style que cerne avec brio l’historienne Sabine Denuelle dans "La Parisienne dans l’art". Un très beau livre qui évoque une femme dont même les défauts se sont transformés en qualités.

(©)
La Parisienne dans l’art , de Sabine Denuelle  est publié par Citadelles et Mazenod (192 p., 150 illustrations, 59E) – Note : ****

Résumé : À la fin du XIXe siècle, la Parisienne fascine le monde entier : emblème de la séduction, on vante ses robes, sa coiffure, son allure, son esprit, et même ses défauts deviennent des qualités. Mais elle n’est pas née en un jour, car il ne suffit pas d’habiter Paris pour être et se sentir parisienne ; il faut incarner un style, posséder ce je ne sais quoi qui parle à l’imagination et que les autres reconnaissent sans toutefois pouvoir le définir. La Parisienne brille : c’est le regard de l’autre qui la fait exister et la meilleure preuve de cette existence est qu’on ne cesse de vouloir la copier.

De siècle en siècle, elle a construit un style. Où habite-t-elle ? Comment s’habille-t-elle ? Où s’amuse-t-elle ? Comment séduit-elle ? Différente de la femme de la cour, elle s’oppose aussi à la femme de province : il n’y a de réussite qu’à Paris et se moquer de la provinciale est une façon pour elle d’asseoir sa supériorité. Fantaisie, liberté, goût : elle sait faire valoir ingénieusement tout ce qu’elle a d’aimable. Son élégance la distingue, mais plus encore ces petits signes immatériels qui ne se monnayent pas et qui, au fil du temps, se réfèrent de moins en moins à une classe sociale. Mais la Parisienne n’est pas exempte de défauts et la satire côtoie l’apologie. Frivole, superficielle, arrogante : le regard de l’étranger, s’il ne subit pas son charme, peut devenir critique et défiant.

(©)