Le livre du jour, France info

La mer était si calme d'Yves Viollier

La tempête Xynthia qui a dévasté une partie de l’Europe il y a un peu de plus de deux ans est dans toutes les mémoires. Pour ne pas oublier, les écrivains s’inspirent de cette catastrophe. C’est cette tragédie que restitue, dans un roman bouleversant, Yves Viollier, attaché à sa Vendée, et auteurs de best-sellers. Yves Viollier.

(©)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La mer était si calme d'Yves Viollier est publié chez Robert Laffont. Il participera ce week-end avec plus de 250 écrivains au printemps du Livre de Montaigu, en partenariat avec France Info (232 p., 18€) - Note : ****

Résumé : Quand la mer se déchaîne et ravage tout sur son passage...

À travers la vie de quatre familles, Yves Viollier écrit le roman de la
catastrophe qui a frappé la France en 2010 : la tempête Xynthia.

Au soir du 27 février 2010, les
habitants de la Faute-sur-Mer se sont endormis paisiblement sans s'inquiéter de
la tempête annoncée.

C'est à 3 heures du matin que les digues ont lâché et que la mer est montée.
Lentement, inexorablement, elle a noyé les plages, les routes, les jardins et,
sans jamais modifier son allure, elle a enlacé les maisons, piégé les résidents
et tenté de les engloutir.

À travers l'histoire de quatre familles, Yves Viollier raconte ces heures
atroces que ces hommes, ces femmes et ces enfants ont dû affronter en tentant
de toutes leurs forces de survivre.

Il y a les Clemenceau, Guillaume et Alexandra, et leur toute petite fille
Amandine, les Murail, un vieux couple installés là depuis toujours, Julie, la
jeune célibataire et son chat, et enfin les Montauran, grands-parents de
Jérémie et de Claire que leurs parents leur ont confiés pour les vacances
scolaires.

Torturés par l'angoisse, la culpabilité, le désespoir, s'accrochant au moindre
espoir, montant sur les chaises, les tables, les meubles, poussés
inexorablement vers le plafond et le toit, tous tenteront d'échapper à cet
élément si familier devenu en quelques heures un ennemi mortel. Tous ne seront
pas sauvés.

À travers le destin de ces quelques personnages, c'est toute la dimension
tragique de cette catastrophe qu'Yves Viollier a su rendre. Il nous dit
l'horreur de cette nuit mais aussi la dignité, le courage et la solidarité dont
ont fait preuve toute une population, tout un pays, toute une région.

(©)