Cet article date de plus de neuf ans.

"Mwen sé, O vau teie o ou Nou lé Charlie" les Dom-Tom sont aussi Charlie

Partout les Français d’outre-mer, dans toutes les langues, sont descendus dans la rue après l’attaque meurtrière de la rédaction de "Charlie Hebdo".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 15 min
  (Papeete le 7 janvier 2015. Rassemblement organisé en hommage aux victimes de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo © MaxPPP)

O vau teie o Charlie à Tahiti, Mwen sé Charlie aux Antilles, Nou lé Charlie à la Réunion…Je suis, nous sommes Charlie…

Partout les Français d’Outre-mer, dans toutes les langues, sont descendus dans la rue après l’attaque meurtrière de la rédaction de Charlie Hebdo .

Jeudi soir, ils étaient plusieurs centaines à Saint-Pierre , au sud de l’île de la Réunion, pour dire leur émotion et défendre la liberté d’expression.

Toujours dans l’océan Indien, à Mayotte , département d’Outre-mer dont plus de 90% de la population est musulmane, l’heure était aussi à la solidarité après la tuerie de mercredi, perpétrée par les deux islamistes parisiens .

Les dessinateurs de France-Antilles , des Nouvelles Calédoniennes ou du Journal de l’île de la Réunion ont aussi fait part de leur colère et de leur chagrin après le drame de Charlie Hebdo . Même tristesse en Polynésie où le dessinateur P’tit Louis, qui a travaillé plus de 20 ans à la Dépêche de Tahiti , a été remercié il y a quelques mois. Ses caricatures ne faisaient pas rire la nouvelle direction du journal.

Autre victime de cette folie meurtrière cette semaine, une policière municipale de Montrouge, originaire de la Martinique . Clarissa Jean-Philippe, 26 ans, a été fauchée par plusieurs balles jeudi matin. Elle venait juste de s’installer dans l’hexagone, laissant ses parents et son frère sur son île natale.Dans sa commune, à Sainte-Marie, le choc a été rude pour sa famille,.arrivée vendredi dans l’hexagone. Jean-Marie Chazeau

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.