L’hôpital de St-Laurent-du-Maroni en Guyane restreint l'accès aux urgences

écouter (5min)

Les urgences d’un hôpital guyanais qui restreignent leur accès, des armes détruites en Martinique et l’hiver qui s’installe à la Réunion. 

Article rédigé par
Célia Cléry - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Centre hospitalier de l'ouest Guyanais va réduire l'accès à son service des urgences, déjà sous tension avec une régulation installée jusqu'au 31 août.  (ERIC LEON / GUYANE LA 1ERE)

L’hôpital de St-Laurent-du-Maroni en Guyane va restreindre l’accès au service des urgences ! De 19h à 7h du matin, il faudra désormais être amené aux urgences par le Samu, les pompiers ou les gendarmes, sinon il faudra attendre le lendemain. Un système de régulation sera mis en place jusqu'au 31 août. 

Le service des Urgences, comme tant d’autres, est en effet "sous tension", il faudrait par exemple 28 infirmiers, et il n’y en a qu’une dizaine. Clara de Bort, directrice de l’Agence Régionale de Santé de la Guyane répond à Véronique Bedz.

700 armes détruites en Martinique

En Martinique, près de 700 armes ont été détruites ce jeudi sous les yeux du Préfet et de la Procureure de la République. Une opération à la fois pédagogique et destinée à marquer les esprits. Xavier Chevalier pour Martinique la 1ere. 

L'hiver austral à La Réunion

Dans l’Hexagone, c’est l’été, mais à La Réunion, on entre dans l’hiver austral. Dans les hauts, on redémarre les cheminées et les radiateurs, dans les bas, on cherche aussi à réchauffer les maisons. Vestes, pull et autres couettes sont de sortie comme en témoigne ce reportage de Patrick Ramoudou Réunion la 1ere 

Retour en Martinique pour finir où le parc Naturel régional a créé une mallette pédagogique sur la biodiversité martiniquaise à l’intention des enfants. Elle contient des origamis qui représente la faune locale, un jeu des 7 familles et un jeu de plateau sur la mangrove. Christelle Bérangé est chargée de mission au parc naturel régional de Martinique. Elle est avec Franck Edmond Mariette.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.