Le journal des Outre-mers. Un vaccinobus pour les étudiants réunionnais

écouter (5min)

L’installation d’un "vaccinobus" sur un campus réunionnais, des chasseurs-bombardiers dans le ciel polynésien, et une étude sur l’impact des nuisances sonores sur les moules de Saint-Pierre-et-Miquelon, au programme de l'actualité ultramarine, cette semaine. 

Article rédigé par
Célia Cléry - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
A bord de ce vaccinobus, 200 doses de vaccins sont disponibles chaque jour. Un vaccinobus de ce type va rejoindre le campus du Moufia.
 (DELPHINE GERARD / REUNION LA 1ERE)

"Retrouver le monde d’avant", c’est, l’objectif de la campagne de vaccination lancée à l’Université de La Réunion, en collaboration avec l’Agence Régionale de Santé. Retrouver le monde d’avant la pandémie, grâce à l’installation d’un "vaccinobus" sur le campus du Moufia, dans la banlieue-est de St-Denis. Reportage Adjaya Hoareau de Réunion la 1ere.  

Trois chasseurs-bombardiers ont fait sensation dans le ciel de la Polynésie

Trois chasseurs-bombardiers "Rafale" ont effectué cette semaine la liaison entre l’Hexagone et Tahiti pour participer à une mission qui préfigure une "force opérationnelle" dans le Pacifique, une force qui pourrait, en cas de besoin, être déployée en 48 heures, comme le souligne le général de brigade aérienne Louis Péna, au micro de Jacques Damour.    

"Écouter" la vie sous-marine pour tenter de la comprendre

C’est l’objectif du programme de recherche franco-québecois "Auditif", un projet expérimenté à St-Pierre-et-Miquelon, dans l’Atlantique Nord. Il s’agit d’installer sur un quai du port de St-Pierre un haut-parleur diffusant, dans l’eau, le bruit d’un cargo, et d’étudier les conséquences de cette pollution sonore sur le développement de larves de mollusques. Les précisions de Frédéric Olivier, océanographe.  

Bientôt un mausolée en Nouvelle-Calédonie à la mémoire du chef Ataï

En Nouvelle-Calédonie, il y a 143 ans, le chef Ataï portait la grande révolte kanak de 1878 contre la colonisation, avant d'être tué. Il y a sept ans, son crâne est revenu en Nouvelle-Calédonie. Il va bientôt pouvoir reposer dans un mausolée qui lui est dédié. La première pierre de ce futur tombeau a été dévoilée ce vendredi 25 juin. L’inhumation des restes d’Ataï est prévue le 1er septembre prochain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Le journal des Outre-mers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.