Le journal des Outre-mers, France info

Hommage et état d'urgence en outre-mer

L'outre-mer a aussi montré sa solidarité avec les victimes des attentats parisiens. Et aussi les mêmes craintes, en demandant que l'état d'urgence y soit étendu.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(L'outre-mer dans son ensemble a rendu hommage aux victimes des attentats © Aynil88)

De la place des Cocotiers à Nouméa à celle de la République à Mamoudzou , des centaines de personnes sont descendues dans les rues au lendemain des tueries perpétrées à Paris, pour rendre hommage aux victimes. A Tahiti, une couronne de fleurs géante, a été réalisée autour du monument aux morts de Papeete.

Dans l’océan Indien, l’île de la Réunion a découvert qu’elle avait vu grandir deux convertis au djihadisme impliqués dans les attentats parisiens : les voix de Jean-Michel et Fabien Clain ont été identifiées sur la revendication audio mise en ligne par Daech.

Scolarisé dans les années 90 à la Réunion, ils s’étaient radicalisés à Toulouse . Fabien Clain avait été cité dans l’attentat avorté contre une église de Villejuif, ce qui avait poussé sa mère au suicide. La branche de la famille restée à La Réunion a bien du mal à comprendre cette dérive haineuse. Et une de leurs cousines a accepté de s’exprimer au micro d’Eric Lainé, de Réunion 1ère.

L’état d’urgence a été étendu jeudi aux cinq départements d’outre-mer, ainsi qu’à St-Barthélémy et Saint-Martin , à la demande insistante de plusieurs de leurs élus. Seul Saint-Pierre-et-Miquelon, près du Canada, et les territoires du Pacifique, ne sont pas concernés. Mais le plan Vigipirate y a été renforcé. On a pu le constater à l’aéroport de Tontouta à Nouméa. Jean-Marie Chazeau d'Outremer 1ère

(L'outre-mer dans son ensemble a rendu hommage aux victimes des attentats © Aynil88)