Cet article date de plus de huit ans.

Safia Parveen : "Réclamer l'indemnisation des victimes du Rana Plaza"

écouter (10min)
Le 24 avril 2013 au Bangladesh, un immeuble s'effondre sur les milliers d'ouvriers qui confectionnaient des vêtements pour les grandes marques occidentales. Le bilan est effroyable : 1.138 morts, 2.000 blessés. Un an après, où en sont les promesses des grandes enseignes ? Sheila Begun, rescapée de cet accident, et Safia Parveen, secrétaire générale du syndicat NGWF.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Il y a un an, Sheila Begun était dans l'immeuble, victime du
plus grand accident industriel du pays. Elle se souvient : "La veille
déjà, j'étais à l'usine et on avait déjà constaté des fissures à ce moment-là. On
nous avait libérés plus tôt la veille, en nous précisant que nous devions
revenir le lendemain, le 24 avril. Si nous ne revenions pas, on allait être
privés du salaire journalier. Du coup, nous sommes revenus. On est à peu près
5.000 ouvriers à travailler au Rana Plaza
."

"On était conscients des risques" (Sheila Begun)

"On n'a pas pu deviner qu'on allait avoir un si grand
accident. Mais on était conscients des risques. On a commencé à travailler à 8h. A 8h30, il y
a eu une grande coupure générale et l'effondrement a commencé à ce moment là. Tout
a été très vite et je perds conscience. J'étais en train de travailler sur ma
machine, comme d'habitude. Celui qui m'aidait est mort sur le coup. Mon bras a
été bloqué par la machine que j'utilisais tous les jours.
" Restée dans les
décombres pendant seize heures, Sheila Begun est aujourd'hui paralysée du bras
droit.

Safia Parveen, membre du syndicat, rappelle que les
propriétaires des entreprises sous-traitantes du Rana Plaza ont été poursuivis en
justice, mais aujourd'hui encore il n'y a pas eu d'indemnisation pour tous les
ouvriers. "Il y avait au total 39 entreprises qui avaient leurs
sous-traitants au Rana Plaza comme Carrefour, Auchan et Benneton, et qui n'ont pas
encore participé aux fonds d'indemnisation.
"

"Il est temps de reconnaître les droits des ouvriers"

(Safia Parveen)

La représentante des travailleurs du textile sera à la manifestation
à Paris (place Saint Opportune) à 11h ce lundi 7
avril "pour réclamer l'indemnisation des victimes du Rana Plaza, car ils
ont encore besoin d'être pris en charge aujourd'hui. (...) Il est temps de
reconnaître leurs droits.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.