Le fin mot de l'histoire, France info

Vaslav Nijinski

Le 8 avril 1950, le dernier saut de Nijinski.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Vaslav Nijinski)

Vaslav Fomitch Nijinski est né le 12 mars 1889 à Kiev (Ukraine) et est mort le 8 avril 1950 à Londres. Il descend d’une lignée de danseurs d’origine polonaise.

• 1897 | Ses parents se séparent et sa mère avec Vaslav, et sa sœur Bronislava, s’installent à Saint-Pétersbourg.

• 1898 | Vaslav est admis comme élève à l’Ecole impériale de danse.

• 1905 | Engagé au Ballet du théâtre Marinski, il devient le partenaire de premières ballerines telles Anna Pavlova et Tamara Karsavina.

• 1909 | Il rencontre Serge Diaghilev qui l’entraîne dans les Balles Russes.

• 1911 | Licencié du théâtre Marinski à cause de son costume de scène dans "Giselle", jugé indécent, Diaghilev l’engage comme soliste. Avec deux ballets de Fokine, "Le Spectre de la rose" et "Petrouchka", il atteint le sommet de sa carrière.

• 1912 | Nijinski crée sa première chorégraphie au Théâtre du Châtelet le 29 mai, "L'Après-midi d'un faune" sur la musique de Claude Debussy, inspiré du poème de Stéphane Mallarmé et dans des décors et costumes de Léon Bakst.

• 1913 | Il crée à Paris par les Balles Russes la chorégraphie "Le Sacre du printemps", ballet de Stravinski qui suscite la surprise et le scandale. Il épouse à Buenos Aires Romola de Pulsky, danseuse hongroise rencontrée lors d’une tournée en Amérique du Sud. Diaghilev qui était son amant, le renvoie aussitôt.

• 1916 | Rappelé par Diaghilev pour la tournée aux Etats-Unis des Ballets Russes, il crée le 23 octobre à New York son ultime célèbre ballet : "Till Eulenspiegel", sur une musique de Richard Strauss et dans des décors de Robert Edmond Jones.

• 1917 | Il apparaît une dernière fois sur scène à Montevideo. Coupé de sa famille par la révolution russe, il s’installe en Suisse avec sa femme.

• 1919 | Il rédige ses "Cahiers" où il témoigne de sa profonde dépression,  mais une schizophrénie se déclare peu de temps après. Il meurt à Londres en 1950.

Quelques lectures... 

(Vaslav Nijinski)