Comment les "bots", ces comptes gérés par des robots, envahissent les réseaux sociaux

Ils s'invitent dans nos conversations ou dans nos fils d'actualité avec une capacité de nuisance parfois difficile à contrer.
Article rédigé par franceinfo, Louis Mondot
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Les "bots" s'invitent dans nos fils d'actualité. (SORBETTO / DIGITAL VISION VECTORS)

Vous avez sûrement déjà reçu des notifications de la part de gens que vous ne connaissez pas, des comptes qui vous identifient sur une publication sur Instagram, Facebook ou X (ex-Twitter) sans rapport avec vous, et vous font miroiter par exemple une carte-cadeau ou un jeu-concours gagnant.

Ces arnaques sont très souvent générées par des bots. Le terme est un diminutif de robot et pour cause, le bot est un programme créé pour automatiser des tâches. Sur les réseaux, on en parle souvent pour désigner de faux comptes qui essaient de se faire passer pour de vraies personnes. Mais est-ce qu'on peut savoir qui est derrière ? C'est quasi-mission impossible, selon Florent Lefebvre, analyste des réseaux sociaux.

"C'est un intermédiaire, qui parfois a été payé par un autre intermédiaire, jusqu'au client final, qui peut être un État ou une entreprise, pour attaquer un concurrent par exemple", décrit-il. "La plupart du temps, on sait un peu qui a intérêt à faire ça, on prend en flagrant délit des opérations, mais en règle générale, pour un bot trouvé, dire 'ce bot-là a forcément été payé par cette personne', c'est extrêmement rare."

Jeu du chat et de la souris

La force des bots, c'est d'abord leur nombre. En relayant des messages de manière frénétique, ils permettent de gonfler artificiellement l'importance d'un sujet, mais aussi de propager de fausses informations. On pense notamment aux élections américaines ou plus récemment à la guerre en Ukraine. En 2022, avant le rachat par Elon Musk, Twitter estimait que les bots représentaient 5% des comptes actifs sur la plateforme, ce serait plutôt 20% d'après le nouveau patron du réseau social.

Alors effectivement, certains bots deviennent plus difficiles à distinguer d'un humain grâce à l'intelligence artificielle. Mais pour l'instant l'efficacité des bots n'est pas tellement liée à leur sophistication, elle dépend surtout de la capacité d'un réseau social à les supprimer. Et cette bataille est loin d'être gagnée sur la plateforme X, rappelle Florent Lefebvre.

"L'ancienne équipe, avant le rachat, déclarait en exclure plusieurs millions par mois de manière automatique, avec un vrai jeu du chat et de la souris", explique l'analyste. "Les modérateurs essaient de trouver les techniques des entreprises qui créent ces faux comptes et ces campagnes d'influence. Mais en ce moment, avec le licenciement de près de 90% des équipes, on voit surtout que le chat n'existe plus sur X !"

Mais ça n'empêche pas Elon Musk de revendiquer une chasse aux bots, en proposant notamment des abonnements payants, une mesure qui pourrait certes réduire le nombre de faux comptes, au risque de faire fuir de vraies personnes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.