Un grand plan d'investissement pour 2030, pour quoi faire ?

écouter (2min)

Emmanuel Macron présentera mardi 12 octobre un nouveau programme d’investissement pour le pays, au moins 30 milliards d’euros sur cinq ans. À quoi va ressembler ce plan ? Le décryptage de Fanny Guinochet

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Macron prononce un discours pendant une conférence organisée par la Banque d'investissement française à Paris, le 07 octobre 2021. (BENOIT TESSIER / POOL / MAXPPP)

Le plan "France 2030" sera présenté par Emmanuel Macron mardi 12 octobre. Comme son nom l’indique, l’objectif  est de définir les grandes orientations économiques de l’hexagone pour les dix ans à venir. Selon le gouvernement, ce plan doit permettre de doper l’emploi, dynamiser nos exportations, faire en sorte que la France reste dans la course mondiale et qu’elle soit en pointe dans les technologies du futur comme l’intelligence artificielle, le numérique, les biotechnologies, la production d’hydrogène, le spatial, ou encore le nucléaire. 

Une enveloppe de 30 à 50 milliards

Dans ce plan, il va y avoir aussi un gros soutien à l’automobile, en pleine tourmente, à cause de la pénurie de semi-conducteurs mais aussi du passage à l’électrique. Au total, pour tous ces secteurs, au moins 30 milliards d’euros vont être débloqués. Christophe Castaner, le chef de la majorité, a même évoqué dimanche sur LCI une enveloppe de 30 à 50 milliards d’euros. En complément du plan de relance de 100 milliards d’euros lancé en 2020

Un tiers de l’enveloppe doit normalement aller à la transition écologique. Le gouvernement va par exemple soutenir encore un peu plus le développement de batteries électriques, alors que la France a déjà prévu deux usines géantes dans le Nord. Enfin, il y aura aussi de l’argent pour développer de nouveaux métiers, des ingénieurs et des agents de maitrise spécialisés dans ces industries car faut-il que les compétences suivent. Des formations vers ces nouvelles filières qui nécessitent de nouvelles qualifications vont être proposées, prioritairement aux jeunes et aux demandeurs d’emploi. 

Un plan financé par la croissance ?

Emmanuel Macron doit donner, mardi, un chiffrage clair et précis. Reste qu’il fait le pari – somme toute risqué – qu’une grande partie de ce plan sera payée par la croissance qui devrait dépasser en 2021 les 6%, selon les prévisions de l’Insee. Cela risque de ne pas suffire.  Du coup, de façon très classique, la France s’endettera et creusera encore la dette.

Enfin, reste aussi à voir comment ce plan va se décliner concrètement. Certains, comme le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, dans le journal Les Echos lundi matin, (article pour les abonnés), s’inquiètent déjà de sa réalisation et craignent trop de lourdeurs administratives pour qu’il soit efficace.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.