Pouvoir d'achat : les Français n'ont pas le moral et consomment moins

écouter (2min)

Les Français ont un peu le blues et cela se répercute sur la consommation basse actuellement. Le décryptage éco de Fanny Guinochet.

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Selon l'Insee les Français sont anxieux et dépensent moins d'argent, en avril 2002.  (PATRICK LEFEVRE / MAXPPP)

D'habitude, au lendemain d'une élection présidentielle, on note plutôt un vent d'optimisme et donc de dépenses. Mais, aujourd'hui, les Francais ont le moral en berne, nous dit l'Insee. L'indicateur qui le mesure est au même niveau que pendant le premier confinement de 2020, ou même pendant la crise des "gilets jaunes". 

En fait, les Français sont inquiets pour leur niveau de vie à cause de l'inflation. Ils ont intégré que la hausse des prix allait durer. La guerre en Ukraine les angoisse aussi. Ils sont prudents voire attentistes. Par exemple, ils jugent que ce n'est pas le moment d'acheter du gros électroménager, d'investir dans des travaux ou de changer de voiture. D'ailleurs, les ventes de voitures ont rarement été aussi basses qu'en ce moment. 

Geste pour le pouvoir d'achat

C'est ennuyeux car la consommation des ménages, est l'un des principaux moteurs de notre économie. Depuis 20 ans, elle génère en moyenne, la moitié de notre activité économique. Le gouvernement a promis de faire rapidement des gestes pour le pouvoir d'achat. Emmanuel Macron travaille sur une grande loi "inflation" dès cet été pour aider les ménages à faire face à ces hausses de prix, ce qui devrait leur redonner un peu confiance. Mais attention, les chèques alimentation à venir ou les aides pour les carburants, seront ciblées sur les personnes les plus modestes. Le but étant d'éviter que l'argent injecté n'aille dormir sur les comptes en banque, car c'est le risque.  

Surtout que les Français épargnent déjà beaucoup. C'est très marqué ces derniers mois : l'assurance vie signe son meilleur début d’année depuis 11 ans. Pareil pour le placement préféré des Français, le livret A – en mars, on a enregistré 3 milliards d’euros de dépôt. Le réflexe est habituel : mettre de l'argent de côté en prévision de fins de mois difficiles.  

Succès des plans épargne retraite

D'ailleurs, il est intéressant de noter que les plans épargne retraite, les PER, se remplissent aussi. Les PER sont des produits de placement que l'État a lancé il y a trois ans, pour inciter les Français à compléter leurs pensions de retraite, tout en investissant dans l'économie. Et en mars, on a dépassé le seuil des 3 millions d’assurés. Signe que les ménages se disent qu'il faut assurer leurs arrières, car avec les réformes des retraites à venir, les pensions, demain, pourraient bien baisser.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.