Manifestations en Chine : quelles conséquences économiques pour le commerce mondial ?

écouter (3min)

Les investisseurs sont inquiets par la multiplication des manifestations en Chine contre les restrictions sanitaires liées au Covid-19. Ce mouvement social a d'ailleurs des conséquences directes sur l'économie en France. Le décryptage de Fanny Guinochet.

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des policiers (en jaune) montent la garde à Shanghai (Chine), le 29 novembre 2022.  (HECTOR RETAMAL / AFP)

La situation sociale en Chine -  d'une ampleur historique - marquée par le mouvement de colère contre les restrictions sanitaires et en faveur de plus de libertés a des conséquences directes sur l’économie. La preuve : lundi 28 novembre, toutes les Bourses étaient en repli. Parmi elles, les places financières asiatiques, évidemment mais Wall Street et Paris aussi. Il faut dire que de telles mobilisations dans les grandes villes du pays, contre la stratégie zéro Covid du régime, sont inédites et inquiètent les investisseurs.

>> Feuilles blanches, jeux de mots, mèmes... En Chine, les opposants à la politique "zéro-Covid" se moquent de la censure

Et pour cause, la Chine reste la locomotive économique du monde, l’usine du monde. Cette contestation, qui vient après les mois de confinement, promet de perturber encore un peu plus la production et la logistique. Car le problème, c’est que nos entreprises occidentales sont encore très dépendantes des chaines d’approvisionnement chinoises.

Ruptures de stocks avant Noël

Il faut donc s’attendre à des pénuries dans de nombreux secteurs. On le voit déjà dans la tech : les confinements de ces dernières semaines ont déjà ralenti la fabrication de téléphones et ordinateurs. Les manifestations et grèves risquent de compliquer la donne. Chez Apple, le dernier iPhone 14 Pro manque déjà dans les boutiques, et il y a de fortes inquiétudes concernant son usine Foxconn, qui fournit les composants électroniques. Si les manifestations viennent à durer, Apple pourrait perdre jusqu'à 10% de ses ventes au premier trimestre sans compter que depuis vendredi, l’action dévisse en bourse .

Même chose du côté de l’automobile, car là aussi, les lignes de production européennes dépendent encore beaucoup des composants électroniques asiatiques et par un effet domino, les usines françaises risquent de se retrouver de nouveau à l’arrêt, fautes de pièces chinoises. Les fabricants de meubles, de déco, sont aussi inquiets : une bonne partie de leur marchandise dépend de la Chine.

Toutefois, les achats de Noël ne risquent pas d'être compromis car il y a un petit temps de décalage. Les équipes de Jouet Club signalent que, pour Noël, il n'y a pas d’inquiétude, tous les stocks importés de Chine sont déjà arrivés, ou transitent dans les containers sur les bateaux. Reste que si la contestation dure trop, des produits pourraient manquer en début d’année prochaine. En attendant, les milieux économiques, qui anticipaient déjà un ralentissement de la croissance chinoise, s’attendent à un vrai coup de frein en 2023. Et ils commandent encore moins de pétrole que prévu, ce qui fait encore baisser les prix à la pompe. Une bonne nouvelle pour les automobilistes, en tout cas, pour le moment. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.