Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Trump : l'attaque en règle de 370 économistes américains

Et si Trump était élu à la tête des États-Unis ? La remontée dans les sondages du challenger d’Hillary Clinton inquiètent les économistes américains.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le candidat républicain Donald Trump à Miami en Florise en meeting en vue de l\'élection présidentielle.
Le candidat républicain Donald Trump à Miami en Florise en meeting en vue de l'élection présidentielle. (RHONA WISE / AFP)

C’est une première dans l’histoire américaine. Il souffle comme un vent de panique dans les milieux universitaires. 370 économistes américains ont publié hier dans le Wall Street Journal une lettre ouverte contre Donald Trump, son programme fou et ses contre-vérités. Une victoire de Trump affirment-ils menacerait la prospérité, la démocratie et au delà l’avenir même de l’Amérique.  "Donald Trump est un choix destructeur et dangereux pour le pays, écrivent-ils, Il désinforme l’électorat, détruit la confiance du public envers les institutions avec des théories conspirationnistes ".
Il y avait déjà eu une première pétition d’une cinquantaine d’économistes américains contre Donald Trump, mais elle émanait clairement des milieux démocrates, il y en avait d’ailleurs eu aussi au début de la campagne contre le programme économique d’Hillary Clinton, mais cette fois, la démarche est beaucoup moins partisane ou idéologique, l’échantillon est beaucoup plus vaste, et surtout l’éventail de sensibilités est très large. Il y a là notamment huit prix Nobel. "Nous signataires, représentons une large variété de champs d’expertise et sommes unis dans notre opposition à Donald Trump", précisent ces 370 économistes en préambule à ce qui constitue une attaque en règle du candidat républicain.

Sur le fond, quels arguments avancent ces économistes ?

C’est intéressant, parce que ce que disent ces économistes résonne aussi fortement avec ce qu’on attend chez nous, en France et en Europe. C’est une attaque en 13 points, avec autant de décryptage des propositions et des postures du milliardaire, sur les statistiques publiques dont Trump conteste qu’elles disent la réalité, sur la réduction des dépenses publiques, quand Trump par exemple dit que pour faire des économies il suffit de supprimer l’agence en charge de la protection de l’environnement et de département de l’éducation. Ou encore sur les grands accords commerciaux de libre-échange, tiens tiens :  "Trump a trompé les électeurs avec des déclarations erronés sur les accords commerciaux qui réduiraient le revenu et la richesse nationale". C’est faux disent en substance ces économistes américains, même s’ils admettent que les gains de ces accords n’ont pas été partagés équitablement.

Ces arguments anti-Trump ont-ils une chance de peser en cette fin de campagne sur le résultat final  ?

Aucune ! Soyons honnêtes, ces économistes ne seront d’aucun secours pour Hillary Clinton. Tout simplement parce que ces économistes, malgré leur diversité, s’adressent à un public déjà très largement convaincu. Et que Trump aura beau jeu de dire que cela confirme ce qu’il dit depuis le début de la campagne, à savoir que tout le système américain est ligué contre lui. Et que ça tombe bien, parce que justement, lui, Donald Trump se présente comme le candidat anti-système. Et à l’heure où on se parle, il apparaît certain qu’une bonne cinquantaine de millions d’Américains s’apprêtent à voter Donald Trump. 50 millions, c’est déjà considérable, même si ça ne suffira sans doute pas pour l’emporter. On voit dans les derniers sondages, que Trump obtient 18 points de plus que sa rivale chez les hommes, 15 points de plus auprès des électeurs blancs, et 16 points de plus parmi les moins éduqués. Et le problème, c’est que la rhétorique anti-système de Trump va droit au cœur de millions d’Américains qui globalement ont peur, peur du déclassement, peur du monde qui vient, peur d’un monde où la puissance américaine n’est déjà plus sans partage. Et c’est à cette Amérique là, que ni les économistes, ni Hillary Clinton ne sont finalement parvenus à s’adresser vraiment.


Trump : l'attaque en règle de 370 économistes... par franceinfo

Le candidat républicain Donald Trump à Miami en Florise en meeting en vue de l\'élection présidentielle.
Le candidat républicain Donald Trump à Miami en Florise en meeting en vue de l'élection présidentielle. (RHONA WISE / AFP)