Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Pourquoi le schiste offre une nouvelle jeunesse au pétrole

Alors que la lutte contre le réchauffement climatique fait la guerre aux énergies fossiles, le pétrole retrouve une seconde jeunesse avec laquelle il va falloir composer.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une installation de fracturation hydraulique dans le Colorado
Une installation de fracturation hydraulique dans le Colorado (GARY C. CASKEY / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C’est un paradoxe : tous les experts les plus sérieux et la plupart des Etats étaient convenus l’an dernier à Paris, lors de la COP21, qu’il faudrait en finir au plus vite avec les énergies fossiles pour contenir le réchauffement climatique.

À Marrakech, où se tient la COP 22, les délégations du monde entier tentent de mettre en œuvre la concrétisation de l’accord de Paris, mais on mesure chaque jour davantage l’une des difficultés de la lutte contre le réchauffement : tous les paramètres bougent, selon les comportement des acteurs publics ou privé, le jeu du marché, ou encore les découvertes technologiques.

Une révolution énergétique

L’un de ces paramètres que les experts tardent à prendre en compte, c’est la nouvelle jeunesse du pétrole : que ça nous plaise ou non, les pétroles et gaz de schiste sont en train de générer une nouvelle révolution de l’énergie que l'on tarde à comprendre, et à intégrer.

Ces hydrocarbures sont appelés non-conventionnels, car il faut des techniques de forage particulière pour les extraire au sein de ce qu’on appelle la roche-mère de notre planète. Une extraction qui pose un problème majeur pour l’environnement. Mais l’émergence de ces pétroles et gaz de schiste est déjà un phénomène majeur qui est en train de redessiner la carte mondiale de l’énergie.

Un atout stratégique pour les Etats-Unis

Grâce au schiste, les réserves pétrolières des Etats-Unis sont aujourd’hui supérieures à celle de l’Arabie Saoudite ou de la Russie. Et ces pétroles et gaz de schiste ne pas tombés du ciel. Leur exploitation procède d’une volonté politique américaine initiée dès la fin des années 70.

Le choc pétrolier et la vulnérabilité économiques des pays occidentaux ont poussé l’administration américaine à lancer un vaste programme de recherche publique sur les moyens de produire à un coût abordable ces ressources non-conventionnelles. Des acteurs privés ont ensuite pris le relai.

Beaucoup ont cru, pour se rassurer, que les producteurs de pétroles et gaz de schiste ne résisteraient pas au prix du pétrole très bas qu’on connaît aujourd’hui, ert que tout ça coûtait beaucoup trop cher.

Sauf que les technologies progressent rapidement, les coûts diminuent fortement et ces hydrocarbures non-conventionnels sont installés pour longtemps dans le paysage. D’autant que Donald Trump a promis de tout faire pour les renforcer, car ils offrent à l’Américaine une indépendance énergétique inespérée. 

Les réserves d'hydrocarbures réévaluées à la hausse

L'exploitation des gaz de schiste a eu au moins trois conséquences. D'abord, des pays condamnés depuis des décennies à importer à grands frais leur pétrole peuvent désormais espérer trouver dans leur propre sol des ressources hier insoupçonnées, et il sera difficile de les en empêcher.

Ensuite, alors que l'on pensait leur disparition aussi rapide que souhaitable, les hydrocarbures vont rester, pour longtemps encore, la principale source d’énergie planétaire.

Enfin, l’énergie va demeurer bon marché, peut-être même trop bon marché, pour une durée beaucoup plus longue que tout ce que les experts avaient envisagé il y a seulement quelques années.

Le monde de l’énergie va donc combiner soleil, vent et pétrole non-conventionnel dans ce siècle qui vient. Et c’est un vrai défi supplémentaire pour la lutte contre le réchauffement climatique.

Une installation de fracturation hydraulique dans le Colorado
Une installation de fracturation hydraulique dans le Colorado (GARY C. CASKEY / MAXPPP)