Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Le chômage de masse est-il enfin terminé en France ?

On va connaître lundi le nombre d’inscrits à Pôle emploi pour le dernier trimestre de l’année 2019 . Sauf surprise, ces chiffres devraient être bons. À quoi tient cette embellie ? Le décryptage de Fanny Guinochet ("L'Express").

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une agence Pôle emploi à Paris. Photo d\'illustration.
Une agence Pôle emploi à Paris. Photo d'illustration. (LÉA GUEDJ / RADIO FRANCE)

Ce qui est sûr, c’est que depuis plusieurs mois, on observe une vraie tendance : le nombre de demandeurs d’emplois baisse. 2019 est une belle année, comme 2018 l’avait été. Faute de gagner assez en productivité, les entreprises ont embauché pour faire face à l’accroissement de leur activité. On estime à plus de 260 000 le nombre de postes créés en 2019. Ce qui est intéressant, c’est que la France crée plus d’emplois qu’avant avec la même croissance mais surtout, elle crée plus d’emplois en CDI, en contrat à durée indéterminée. En 2018, il y avait eu plus de quatre millions d’embauches en CDI et il n’est pas exclu qu’en 2019, on dépasse ce chiffre record.  

Cette embellie est dûe à plusieurs choses : à la politique de l’offre lancée par François Hollande en 2014 et poursuivie depuis par Emmanuel Macron, avec notamment le CICE , le crédit impôt pour la compétitivité et emploi, qui a allégé les charges des entreprises, et permis des recrutements. Il y a aussi peut-être les effets des ordonnances Macron de 2017 : les employeurs ne craignent plus de se retrouver aux prud’hommes comme avant, ils ont moins peur d’embaucher. Sans oublier également le gain de pouvoir d’achat octroyé avec la crise des "gilets jaunes" : cela a joué en relançant la consommation, et donc l’activité, qui  a créé des embauches.

La France est aussi redevenue un pays attractif pour les investisseurs étrangers, ils ouvrent des usines, agrandissent des sites dans l’hexagone Plus qu’une seule mesure, c’est en fait, un faisceau d’éléments qui permet à la France d’inverser la courbe.

Le chômage pourrait passer en-dessous de 8% en 2020

Ce n’est pas impossible que l'on passe sous la barre des 8% de chômage d'ici la fin de l'année, parce que même des secteurs sinistrés, comme l’industrie, recommencent à embaucher. Mais pour que cette baisse du chômage se poursuive durablement, il faut que les recruteurs trouvent les profils dont ils ont besoin. Or, aujourd’hui, un sur deux se plaint de ne pas y arriver.  Et, dans le même temps, les gens qui restent longtemps à Pôle emploi, sont souvent très peu qualifiés, ou avec des métiers qui ne correspondent plus aux attentes du marché du travail. Depuis 2016, des efforts ont été faits pour former les demandeurs d’emploi. Rien que l’année dernière, presque un million d’entre eux ont été formés. Est-ce suffisant ? Visiblement, non. Parmi les chômeurs de longue durée, il y a de nombreux seniors : là, le problème, c’est surtout le regard des recruteurs. Le gouvernement a promis un grand plan senior. Il y a encore quelques progrès à faire avant d’en finir vraiment avec le chômage de masse.              

Une agence Pôle emploi à Paris. Photo d\'illustration.
Une agence Pôle emploi à Paris. Photo d'illustration. (LÉA GUEDJ / RADIO FRANCE)