Économie : 2021, très bon cru pour les ventes françaises de vins et spiritueux

écouter (2min)

On a atteint des niveaux historiques pour l'exportation de vins français en 2021. Le décryptage de Fanny Guinochet.

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une cave de Chateau Margaux à Margaux (Gironde). (GEORGES GOBET / AFP)

L'an dernier, le vin français s’est très bien vendu à l’étranger avec presque un tiers de ventes en plus par rapport à 2020. Cela tient à la reprise, très dynamique, partout dans le monde : les gens sortent, vont au restaurant, et boivent du vin français. Il y a un rattrapage évident après les années de crise et ces périodes où tout était fermé. Mais ce qui a donné aussi un vrai coup de "booster" aux ventes, c’est que l’on a retrouvé notre premier marché, notre locomotive : les États-Unis, grâce à la levée des taxes.

Entre 2019 et début 2021, Donald Trump avait mis en place des droits de douanes, des taxes punitives sur les vins français qui entraient aux États Unis : +25 % sur les bouteilles de Bordeaux, Bourgogne, rosé, etc. Les ventes avaient fortement baissé. Mais Joe Biden a mis fin à ces taxes et les bouteilles françaises ont retrouvé leur place sur les tables américaines. 

Le marché asiatique compte aussi car rien qu’en direction de la Chine, nos exportations ont bondi de 56% l’an dernier. Plus  60% vers la Corée du Sud. On vend aussi beaucoup aux Anglais, aux Allemands, aux Belges. Au total, l’an dernier, on a exporté pour près de 15,5 milliards d’euros de vins et de spiritueux. Un record !  

Vins et spiritueux se partagent le marché

Le vin rouge, blanc, le champagne, le cognac aussi... Tous les produits de la filière ont une très bonne réputation à l’étranger et se vendent avec de bonnes marges. Heureusement, parce que côté volumes, il y a des inquiétudes. L’an dernier, les récoltes n’ont pas été très bonnes à cause de la météo et la production française de vin a baissé de 23%. Il y a des stocks mais les années à venir pourraient être moins fastes. 

En attendant, cela fait du bien à notre économie. Surtout cette année, ces ventes de vin compensent un peu nos importations. En 2021, nous avons beaucoup plus acheté à l’étranger que ce que nous avons vendu. Le différentiel est tel que l’on enregistre le pire déficit commercial de notre histoire : presque 85 milliards d’euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.