Cet article date de plus de huit ans.

La guerre froide est-elle de retour?

écouter (25min)
Et que faut-il attendre Du G20 qui se tient en ce moment à Saint Petersbourg, en Russie. Pour en débattre, Marie-Eve Malouines, chef du service politique de France Info, Etienne Grenel du Point et Laurent Joffrin du Nouvel Observateur.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Etienne Gernel du Point, estime que Vladimir Poutine et Barack Obama ont plein de choses à se dire parce que c'est un petit jeu de rapport de force. La Russie qui se sent mal menée depuis l'extension de l'OTAN tente de jouer les cartes qu'elle peut. Il y a beaucoup de sous entendus comme l'Ukraine, la Lybie seulement voilà l'atmosphère est un peu froide. C'est tout.

 

Laurent Joffrin du Nouvel Observateur dit qu'il s'agit de défendre des intérêts nationaux qui s'entrechoquent, c'est tout. Que l'on ne peut parler de "guerre froide", car la "guerre froide" c'était l'affrontement de 2 systèmes. Et il y a même l'unanimité sur l'objectif final, c'est la lutte contre le terrorisme. Il y a une conccurence entre Poutine et Obama. Poutine accusant Obama de ne pas lutter avec efficacité contre le terrorisme islamique. Cela reflète une autre évolution, qui est le caractère dispersé du monde contemporain et du monde futur. Que la montée en puissance des pays de l'Orient correspondent à un affaiblissement des Etats-Unis.

Marie-Eve Malouines de France Info pense qu'il y a une évolution dans le Monde qui vient du changement des équilibres économiques. Ce qui fait que les valeurs que l'on a longtemps considérées en France comme universelles n'ont jamais été universellement partagées. La Russie comme la Chine n'ont pas du tout les mêmes approches. Exemple Vladimir Poutine dit "prouvez-moi qu'en Syrie, ce sera mieux après? vous pensez mieux que ce sera mieux en Lybie? Prouvez moi le contraire et là, je bougerai."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.