Cet article date de plus d'un an.

Pompes à chaleur : comment prévenir et gérer les galères ?

Les pompes à chaleur se vendent comme des petits pains actuellement. Mais les consommateurs se plaignent. Problèmes de température trop basse, aides annoncées qui n'arrivent pas, démarchages qui vous engagent à votre insu. Un dossier à la Une du magazine de mois de mai de 60 "Millions de consommateurs".
Article rédigé par Catherine Pottier - Mathilde Romagnan
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
"Pompes à chaleur : peut mieux faire !" Un dossier à la Une du magazine "60 Milllions de consommateurs", du mois de mai. (Illustration) (DEVGNOR / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

Une pompe à chaleur, une solution de chauffage idéale en principe, pour diminuer son empreinte carbone, faire des économies et profiter des aides de l'Etat. Seulement, voilà, la réalité est un peu différente, et beaucoup d'utilisateurs commencent à s'en plaindre. Un dossier publié dans le numéro du mois de mai de 60 Millions de consommateurs. Une enquête signée Fanny Guibert. 

franceinfo : Ces pompes à chaleur ont des atouts, mais aussi pas mal d'inconvénients. Quelles sont les critiques qui reviennent le plus souvent de la part des utilisateurs ?

Fanny Guibert : Nous recevons de nombreux courriers que l’on peut répartir en quelques grandes catégories : des problèmes suite à des démarchages avec des pratiques abusives de certaines entreprises, des personnes auxquelles on a fait croire que la pompe à chaleur ne leur coûtera rien, grâce à des aides de l’Etat, et qui se retrouvent sans aide, avec un gros crédit à rembourser. Mais aussi, des problèmes de fonctionnement de la pompe à chaleur, des surconsommations électriques et des économies annoncées qui ne sont pas au rendez-vous.

Ce qu’il faut bien préciser, c’est qu’une pompe à chaleur ne sera pas efficace dans tous les logements ?  

Si, mais pas dans de bonnes conditions. Installer une pompe à chaleur dans une passoire thermique est déconseillé, il faut absolument commencer par rénover le logement. Il faut éventuellement aussi changer les radiateurs, pour garantir un bon confort. Ou opter pour une installation hybride, associant une pompe à chaleur et une chaudière en appoint. Bref, il faut une étude pour bien dimensionner l’installation. Notre enquête a montré des failles sur ce point, et nous demandons un meilleur encadrement par les pouvoirs publics.

Et si ce n'est pas le cas, quel est le risque ?

Le risque est d’avoir une pompe à chaleur mal dimensionnée, avec éventuellement une surconsommation électrique et un confort dégradé. Des consommateurs se plaignent d’avoir froid, et de ne pas parvenir à dépasser les 16 ou 17° chez eux.

Cela veut dire qu'il faut faire très attention quand on choisit un installateur ?   

C’est l’étape essentielle. Il faut choisir un installateur RGE (Reconnu garant de l’environnement), sous peine de ne pas pouvoir obtenir d’aides. Il faut aussi privilégier la proximité, en faisant jouer le bouche-à-oreille. Il faut enfin faire passer trois installateurs, au moins, pour pouvoir comparer leurs devis.

Mais justement, pour éviter les devis incomplets ou imprécis, est-ce qu'il ne faudrait pas imposer aux artisans des devis type ?

C’est une deuxième demande que nous formulons à l’issue de notre enquête. Car on n’achète pas seulement un appareil, il y a toute une série de prestations annexes, qui doivent être proposées. En matière hydraulique et électrique notamment. Par exemple, le nettoyage du circuit d’eau ou la modification du tableau électrique. D’où le souhait d’avoir un devis type, sur lequel tout serait répertorié, et qui permettrait aux consommateurs d’avoir vraiment tous les éléments pour faire leur choix.

Dans votre enquête, vous parlez d'ailleurs "d'éco-délinquants" ; apparemment, il y en a de plus en plus ?

Il y en a beaucoup. Nous avions déjà détaillé et dénoncé leurs pratiques, l’an dernier. Nous réitérons nos conseils, car nous continuons à avoir des courriers de clients abusés. On leur assure qu’ils ne s’engagent à rien, alors qu’on leur fait signer un bon de commande. Il ne faut surtout jamais rien signer le jour même, surtout sur une foire ou un salon, comme actuellement sur la Foire de Paris.

L'installation d'une pompe à chaleur est encouragée par l'Etat qui promet des aides. Quel type d'aides justement, et est-ce qu'elles sont cumulables ? 

Oui, il y a des aides. Principalement MaPrimeRénov’ accordée par l’Etat ; et les coups de pouce chauffage, accordés par les fournisseurs d’énergie. Ces aides sont cumulables, mais il y a des conditions à respecter, et les montants varient selon les revenus. Rappel : l’aide doit absolument être demandée avant de signer le devis. Après, c’est trop tard.

Mais combien coûte l'installation d'une pompe à chaleur, et quel peut être le montant des aides ?

Tout dépend du type d’appareil et des prestations annexes nécessaires. Pour les pompes à chaleur air – eau dans notre enquête, les prix sont élevés : entre 15 000 et 20 000 euros. Quant au montant des aides, ils varient aussi, selon les appareils et les revenus. Mieux vaut se renseigner précisément pour chaque cas, en allant sur le site France Rénov' ou en appelant un conseiller France Rénov'.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.