Le club esport de Yannick Agnel, France info

Esport et olympisme, une équation compliquée

À moins de deux mois des JO de Tokyo, zoom sur l'un des serpents de mer du monde de l'esport : son entrée dans l'olympisme. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une cycliste professionnelle qui s\'entraîne sur Zwift. 
Une cycliste professionnelle qui s'entraîne sur Zwift.  (HELGE PRANG / GES-SPORTFOTO)

C'est une information exclusive que le directeur des sports du CIO, Kit McConnell, a délivré dans son interview pour "Le club esport" : le comité international olympique envisage de rendre l'esport médaillable dès les Jeux de 2028, à Los Angeles.

Kit McConnell précise que cela ne concernerait que les esports qui sont "une réplication complète dans un monde virtuel d'un sport traditionnel", comme Zwift, la simulation de cyclisme dans laquelle les joueurs pédalent sur un hometrainer connecté à un monde virtuel, qui est déjà très développé et qui fait partie des Olympic Virtual Series cette année. Un choix critiqué par un certain nombre d'amoureux de l'esport, pour lesquels ces sports ne sont pas représentatifs de leur univers. 

Esport et CIO, une danse de la séduction qui a du mal à trouver son rythme

L'intérêt du CIO pour l'esport n'est pas tout nouveau, plusieurs compétitions sont d'ailleurs prévues en marge des Jeux de Tokyo, dont ces Olympic Virtual Series. Mais dans ces compétitions se trouvent aussi des jeux comme Rocket League et Street Fighter, qui ne répondent visiblement pas aux critères du Comité pour de futures disciplines médaillables.

Pour évoquer les enjeux de cette relation en construction, Yannick Agnel et le journaliste Paul Arrivé de L'Équipe ont invité dans "Le club esport" Nicolas Besombes, sociologue de l'esport, vice-président de France Esports et spécialiste de la question, et Gauthier Klauss, médaillé de bronze à Rio en 2016 en canoë biplace, aujourd’hui manager au sein du club d’esport Vitality, pour discuter de ce sujet qui fait débat dans les deux mondes.

Une cycliste professionnelle qui s\'entraîne sur Zwift. 
Une cycliste professionnelle qui s'entraîne sur Zwift.  (HELGE PRANG / GES-SPORTFOTO)