Le club des correspondants, France info

Quelles sont les recommandations pour les repas de Noël en Allemagne, En Italie et aux États-Unis

Dans le Club des correspondants, franceinfo passe les frontières pour voir ce qui se fait ou se passe ailleurs dans le monde. Aujourd'hui direction l'Allemagne, l'Italie et les États-Unis où comme en France des recommandations sont faites pour les réveillons de fin d'année. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les repas de Noël et du Nouvel An un peu différents cette année en raison du Covid-19 (illustration)
Les repas de Noël et du Nouvel An un peu différents cette année en raison du Covid-19 (illustration) (SIMON DAVAL - P?RIPLES & CIE / MAXPPP)

Les réveillons de Noël et du Nouvel An approchent. Cette année, les fêtes de fin d'année seront certainement un peu différentes en raison du coronavirus. En France le gouvernement recommande une jauge de 6 adultes maximum à table pour ces événements. Quelles sont les directives  en Allemagne, en Italie et aux États-Unis? 

En Allemagne, seuls les membres les plus proches d’une même famille

Avec autour de 30 000 nouvelles contaminations chaque jour, entre 500 et 1000 décès quotidiens, des hôpitaux proches de la saturation, l’Allemagne lutte contre le coronavirus comme jamais elle n’avait eu à le faire depuis le début de cette pandémie. Depuis mercredi, un confinement plus strict est appliqué : plus d’école, quasiment plus aucun commerce ouvert sauf les supermarchés, des mesures plus strictes que celles déjà en vigueur depuis début novembre. Des mesures qui ne fonctionnaient pas. Les dirigeants allemands ont dû se rendre à l’évidence. Ils ne voulaient pas en arriver là mais l’opinion publique demandait à une très large majorité de prendre des mesures plus fortes en sachant bien que cela allait avoir des répercussions sur ces fêtes de fin d’année.

Mardi 15  décembre, juste avant ce reconfinement, on a donc assisté à une dernière ruée dans les commerces. On a même vu la chancelière Angela Merkel dans le célèbre grand magasin de Berlin Ouest, le KaDeWe, les photos ont circulé sur internet, elle aussi venue faire ses derniers achats. Depuis les rues sont quasiment désertes.

Autour de la table à Noël, seuls les membres les plus proches d’une même famille peuvent se retrouver ce qui permet quand même de réunir un peu de monde, mais pas de famille élargie. Pas non plus d’invités et ça vaut de jeudi prochain le 24 jusqu’au samedi 26 décembre. C’est strict mais comprenez bien qu’en réalité c’est un léger assouplissement des restrictions en vigueur. Puisqu’en dehors de Noël, la règle est de 5 personnes maximum issues de deux foyers. Ça vaut donc par exemple pour le réveillon du jour de l’an, ce qui limite sacrément les festivités et ça semble parti pour durer puisque la date du 10 janvier, la fin supposée de ce confinement est déjà publiquement remise en cause par plusieurs dirigeants qui évoquent des mois de janvier et de février encore difficiles.

En Italie, pas plus de deux invités hors du cercle familial restreint

Au total, 1 million de personnes devraient prendre la route pour profiter de la liberté de déplacements concédée par le gouvernement Italien avant le tour de vis de la semaine prochaine. Si 70% des déplacements seront effectués en voiture, 300 000 billets de train et d’avion ont été vendus pour des voyages ce week-end à des prix exorbitants. Le ministère de l’intérieur a déployé 70 000 hommes des forces de l’ordre pour renforcer les contrôles. Les images de bousculades dans les magasins ont tourné en boucle dans les médias italiens. Elles ont provoqué la colère du ministre des affaires régionales. Il estime que "les foules sont injustifiables, irrationnelles  et irresponsables." Activité économique et santé ne sont pas conciliables en ce moment.

La péninsule enregistre une montée des contagions et du nombre de décès qui oscille quotidiennement entre 600 et 900 personnes. Le président du Conseil, jusqu'ici hostile à une ligne dure, envisage d'adopter enfin des mesures plus sévères de restrictions pour les fêtes de fin d'année. Préserver l’économie tout en préservant la santé des Italiens, c’est l’objectif que c’était fixé le Président du Conseil Giuseppe Conte, rétif à décréter un confinement sévère sur le modèle de ceux adoptés en France et en Allemagne mais de nombreux virologues plaident pour un confinement pendant les fêtes de fin d’année.

Les autorités envisagent de décréter une zone rouge sur l’ensemble du territoire à partir du 24 décembre et jusqu’au 7 janvier minimum avec un couvre-feu nocturne, l’interdiction de tout déplacement non essentiel et la fermeture des commerces, bars et restaurants à l’exception des commerces qui vendent des produits de première nécessité.

À la table des réveillons de fin d’année, il ne pourra pas y avoir plus de deux invités hors du cercle familial restreint. C’est, selon le gouvernement, la seule manière d’éviter une troisième  vague de Covid-19. La deuxième vague a déjà été plus meurtrière que la première.    

Aux États-Unis, masqués pour la remise des cadeaux 

Les recommandations sont les mêmes pour Noël et le Nouvel An ici que pour Thanksgiving il y a 3 semaines : limiter les déplacements et les contacts, surtout avec les plus âgés qui sont évidemment les plus vulnérables. Les règles varient selon les États, mais globalement l’idée c’est d’éviter les réunions de famille en intérieur et trop nombreux.

Privilégier donc une table dehors, si on a un jardin ou une terrasse. Eviter les buffets où l’on se croise. Espacer les chaises autour de la table, ouvrir les fenêtres après le repas, et faire la remise des cadeaux masqués. Pas sûr que les consignes de limiter les déplacements soient respectées. C’est la période de l’année où les Américains se déplacent le plus pour retrouver leurs proches. Ils étaient 9 millions à prendre l’avion pour Thanksgiving.  

Concernant les événements publics, ils sont presque tous annulés ou virtuels. Un exemple ici à New York, l’illumination du sapin du Rockfeller Center était à suivre uniquement à la télévision. Les marchés de Noël de Chicago se font en ligne. Et à Austin, au Texas, les foires et les parades n’ont pas eu lieu non plus. Mais il y a un marché qui se porte bien, c’est celui des sapins de Noël. Les producteurs constatent depuis déjà plusieurs jours que les ventes sont en nette hausse par rapport aux dernières années. Il semble qu’on reste davantage chez soi en cette période de pandémie. Et qu’on soigne encore un peu plus que d’habitude la décoration du foyer.

Les repas de Noël et du Nouvel An un peu différents cette année en raison du Covid-19 (illustration)
Les repas de Noël et du Nouvel An un peu différents cette année en raison du Covid-19 (illustration) (SIMON DAVAL - P?RIPLES & CIE / MAXPPP)