Le club des correspondants, France info

A Venise, Liverpool et Budapest, un patrimoine mondial en péril

Dans le club des correspondants, franceinfo passe les frontières pour voir ce qu'il se passe ailleurs dans le monde. Le comité de l'Unesco se réunit pour la première fois depuis deux ans en juillet 2021, et pourrait sévèrement sanctionner trois villes, dont la présence sur la prestigieuse liste du patrimoine mondial est menacée.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les bateaux de croisière traversent la lagune de Venise depuis des années, suscitant la colère d\'habitants et poussant l\'Unesco à menacer d\'inscrire la ville sur la liste du patrimoine mondial en péril. 
Les bateaux de croisière traversent la lagune de Venise depuis des années, suscitant la colère d'habitants et poussant l'Unesco à menacer d'inscrire la ville sur la liste du patrimoine mondial en péril.  (MIGUEL MEDINA / AFP)

Après une interruption d'un an, en raison de la pandémie, le comité du patrimoine mondial de l'Unesco se réunit de nouveau en session élargie, à Fuzhou, en Chine, du 16 au 31 juillet 2021. Comme chaque année, les membres du comité décideront d'inscrire, ou non, les sites candidats pour intégrer la liste du patrimoine mondial. Le phare de Cordouan et la ville de Nice sont les deux sites français candidats. Mais ailleurs dans le monde, des villes, des lieux pourraient de leur côté quitter ce club prestigieux, voire même se retrouver dans la "liste noire" des sites en péril. 

Venise débordée par ses touristes

L'Unesco a déjà prévenu Venise en 2019 qu'elle pourrait entrer dans cette liste du patrimoine mondial en péril, et attendait des progrès significatifs. Il y a eu un progrès, avec la mise en service du barrage Moïse qui permet d'éviter de trop hautes marées. 

La Sérénissime n'a cependant pas réussi à moderniser ses infrastructures et ses transports, et la ville se dépeuple. De plus, l'Unesco reproche l'absence d'une gouvernance plus attentive au défi climatique et la faiblesse des systèmes de protection de l'environnement fragile et unique de la lagune et de ses zones humides. C'est donc l'intégrité de la ville qui est menacée selon l'Unesco.

Et puis, Venise a un problème avec le tourisme de masse, et notamment les bateaux de croisière. Depuis 2012, un décret, jamais appliqué, prévoit de sortir ces mastodontes de la lagune. Mais c'est une manne financière dont le président de la région et le maire de Venise ne veulent pas se passer. Ces bateaux représentent 4 500 emplois. 

Une loi, votée en mai 2021, prévoit désormais d'interdire les paquebots dans la lagune, mais seulement lorsqu'un terminal sera construit... Ils continuent donc de passer devant la place Saint-Marc. Le ministre de la Culture a promis une nouvelle fois que ce ne sera plus le cas. Sauf qu'à Venise, on est plutôt Saint-Thomas que Saint-Marc, on ne croit que ce que l'on voit !

Liverpool déformée par des projets d'hôtels

La ville de Liverpool, en Angleterre, est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2004, mais risque de perdre ce statut. L'organisation considère que la valeur universelle exceptionnelle de la ville est sur le point d'être perdue à cause de ses projets d'aménagement et d'urbanisme. Liverpool est réputée pour son port marchand historique, qui a joué un rôle important dans l'essor de l'empire britannique.

Mais en 2012, la ville se lance dans un vaste projet, étalé sur 30 ans. Liverpool Waters prévoit la construction d'hôtels et de bureaux sur ses quais historiques, pour un budget de cinq milliards de livres. L'Unesco décide alors de placer la ville sur la liste du patrimoine mondial en péril, considérant que le projet dégraderait le site. 

Un second projet pose problème : c'est le nouveau stade de football du club d'Everton, en cours de construction, et situé lui aussi sur les quais. L'Unesco estime que la ville a été avertie depuis des années.

Elle risque de perdre son statut, et la municipalité ne le vit évidemment pas très bien. La maire invite en 2021 et 2022 le comité de l'Unesco à venir visiter la ville et à réexaminer sa position. Joanne Anderson a aussi publié une vidéo sur Twitter, où on la voit marcher dans les rues de Liverpool pour défendre sa ville.

En juin 2021, elle a signé, avec 30 personnalités du football, de la culture et de la politique, une lettre pour exhorter l'Unesco à ne pas prendre cette décision jugée injuste. Ils relèvent que Liverpool est dans "un état bien meilleur" que lorsqu'elle a intégré la prestigieuse liste de l'Unesco, en 2004. Le port anglais pourrait être le troisième site au monde à perdre ce statut prestigieux, après Oman et Dresde.

Un quartier de Budapest transformé au forceps

Le quartier du château de Buda, sur les hauteurs de Budapest, est en plein travaux de réhabilitation, ce qui menace l\'authenticité du site selon l\'Unesco.
Le quartier du château de Buda, sur les hauteurs de Budapest, est en plein travaux de réhabilitation, ce qui menace l'authenticité du site selon l'Unesco. (ZSOLT SZIGETVARY / MAXPPP)
Le comité du patrimoine mondial s'alarme aussi des démolitions et des reconstructions abusives dans la capitale hongroise, notamment dans le quartier du château de Buda. 

Ce bâtiment est perché sur une colline qui surplombe le Danube. Il est entouré de magnifiques maisons aux façades colorées, construites entre le XVe et le XVIIIe siècle. C'est pour cela que ce quartier très prisé des touristes a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial dès 1987. 

Mais le Premier ministre, Viktor Orban, a lancé un grand plan de réhabilitation du site. L'Unesco note des "démolitions intentionnelles, une conservation insuffisante" et des reconstructions rapides qui aboutissent à une perte d'authenticité importante du patrimoine. Par exemple, dans ce quartier, Viktor Orban a fait rénover un ancien monastère des Carmélites, pour y installer son bureau... Et sur la façade de ce bâtiment du XVIIIe siècle, il fait rajouter un très long balcon et une terrasse. Cela en dit long sur la politique actuelle de conservation du patrimoine. 

L'Office des Monuments historiques aurait son mot à dire, mais Viktor Orban l'a supprimé ! Ce sont désormais les municipalités qui sont censées protéger le patrimoine. En réalité, elles ne s'en occupent pas. L'Unesco note dans son rapport qu'il n'y a "ni bureau, ni personnel, ni autorité qui ait une vue d'ensemble des projets en cours". En résumé, il n'y a "aucune gouvernance adéquate pour le Patrimoine mondial". L'Unesco recommande ainsi l'inscription de ce quartier sur la liste du patrimoine mondial en péril.

Les bateaux de croisière traversent la lagune de Venise depuis des années, suscitant la colère d\'habitants et poussant l\'Unesco à menacer d\'inscrire la ville sur la liste du patrimoine mondial en péril. 
Les bateaux de croisière traversent la lagune de Venise depuis des années, suscitant la colère d'habitants et poussant l'Unesco à menacer d'inscrire la ville sur la liste du patrimoine mondial en péril.  (MIGUEL MEDINA / AFP)