Cet article date de plus de deux ans.

Trafic de déchets : comment de fausses sociétés de tri gèrent l'un des filons les plus juteux du grand banditisme français

Un peu partout en France, des communes voient apparaître de monstrueuses décharges à ciel ouvert ou cachées dans des hangars. Ces déchets ne seront jamais recyclés mais ils enrichissent par millions des escrocs particulièrement prudents. 

Article rédigé par franceinfo, Stéphane Pair
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
La montage de déchets de Saint-Chamas, dans les Bouches-du-Rhône, en mai 2022.  (STEPHANE PAIR / FRANCEINFO)

Sur les hauteurs de la ville de Saint-Chamas, dans les Bouches-du-Rhône, dans ce qu'il reste de la société de tri Recyclage Concept 13, 30 000 mètres cubes de plastiques, de matériaux BTP à moitié calcinés, sont entassés là, en toute illégalité. C’est trente fois plus que ce qui était autorisé à cet endroit. 

Cette montagne de déchets a partiellement brûlé en décembre dernier pendant près d’un mois, avec, au passage, une pollution mesurée par Atmosud équivalente à celle de Pékin les mauvais jours. Cet incendie a eu lieu juste avant un contrôle de conformité et les registres ont brûlé. Le patron de cette société vient d’être mis en examen pour trafic de déchets.

Fabrice et Isabelle, un couple de voisins, a vu monter chaque jour cette montagne au fil des rotations des camions bennes. "Les déchets arrivaient et ça se remplissait toujours plus... Une fois que le bâtiment était plein, des déchets se retrouvaient à l'extérieur. Cela faisait plus penser à une énorme poubelle qu'à une usine de traitement", décrit Fabrice. "Fatalement, nous sommes en colère car ce n'est pas la seule. Il y en a eu un peu partout, jamais sous le même nom, mais on se doute bien que ça vient de la même mafia", poursuit Isabelle. 

La réalité, c’est que ce trafic en bande organisée imite totalement les méthodes de la mafia, raconte Jean Sansonne, qui  dirige Sos Corruption dans les Bouches-du-Rhône : "La camorra napolitaine contrôle le trafic de déchets avec des trains complets de déchets qui arrivent de toute l’Europe, en particulier de l’Europe du Nord. C’est documenté par des enquêtes des carabiniers italiens. Or depuis trois ans dans la région de Naples, s’est développé l’incendie de dépôts de déchets à recycler. Or chez nous en France on constate que les incendies de déchetterie se multiplient également. Ici à Saint Chamas mais aussi tout récemment à Saint-Martin-de-Crau et dans d’autres communes du Sud-Est. Tout porte à croire qu’il s’agit d’une procédure qui est copiée sur celle des mafias napolitaines."

Des millions d'euros de surfacturations et des sociétés complices

 Comment ces escrocs génèrent-ils de l'argent ? Ils créent une société avec un capital dérisoire. Ils se déclarent comme trieur-recycleur, respectent en apparence la réglementation sur les déchets dits non polluants et facturent à prix cassé – moins de 180 euros la tonne – la levée et le faux recyclage des déchets industriels pour les enterrer ou s’en débarrasser parfois à l’international. Ce sont alors des millions d’euros à la clé qui s’évaporent avec des montages plus ou moins complexes de surfacturations via des sociétés complices.

Richard Hardouin, le président de France Nature Environnement dans les Bouches-du-Rhône (FNE 13), décrit le système : "On ne crée pas une société de recyclage avec un capital de 7 500 euros. Lorsqu'une entreprise dit faire du recyclage en louant un simple hangar, sans avoir de réceptacle pour gérer les eaux usées, et que cette entreprise change de nom tous les deux ans, la conclusion s'impose d'elle-même." Richard Hardouin travaille avec des élus locaux à une proposition de loi pour mieux contrôler les installations de stockage de déchets dits non dangereux.

De son côté, le maire de Saint-Chamas nous a révélé avoir été menacé. Didier Khelfa n’en avait jamais parlé avant. Pousser à la mise en conformité de la société qui a pollué sa commune lui a valu des pressions directes. 

"Cela m'a valu quelques menaces. J'ai été suivi, j'ai été intimidé. Est-ce que c'est la mafia ? Je ne sais pas, je n'ai jamais été confronté à elle auparavant." 

Didier Khelfa, maire de Saint-Chamas

à franceinfo

Il raconte avoir rencontré à deux reprises les exploitants de l'entreprise : "La première fois, j'ai rencontré une jeune femme me disant qu'elle était en autoentreprise et qu'elle était gérante du site. Quelques mois après, elle est revenue avec son père, assurant ne m'avoir jamais dit ça en expliquant que c'est son père qui était le gérant. Ces gens-là sont au mieux, des irresponsables, au pire des voyous et des criminels contre l'environnement." 

Les déchets, deuxième source de revenus du banditisme en Europe

Du côté de la gendarmerie nationale, c‘est l’OCLAESP, l’Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique, qui surveille et chasse ces escrocs. L’entreprise Recyclage Concept 13 de Saint Chamas faisait partie de ses cibles lors du dernier coup de filet réalisé contre ce milieu. Début mai, sous la direction de la JIRS de Marseille, une juridiction spécialisée, une opération a mis sous les verrous deux pointures présumées de ce trafic dont une figure du banditisme régional, le Gardois Richard Perez surnommé "le roi des poubelles". Il aurait livré plus de 6 000 tonnes de déchets à Saint-Chamas. Dans cette opération dont l’instruction est toujours en cours, trois autres escrocs présumés et six sociétés ont été mis en examen pour le transport, l'exploitation irrégulière et l’incendie de déchetterie.

Le trafic international de déchets est la deuxième source de revenus du banditisme en Europe, après la drogue. "Les groupes criminels qui sont impliqués dans les trafics de déchets utilisent les modes opératoires du banditisme, assure le patron de l'OCLAESP, Sylvain Noyau. Des téléphones anonymisés, des messageries cryptées, des détecteurs de balises, l'utilisation de fausse documentation, la corruption... De notre côté, nous utilisons absolument les mêmes techniques que celles que nous utilisons contre le banditisme traditionnel, avec des infiltrations des réseaux ou des mises en place de micros dans les espaces privés."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.