Présidentielle 2022 : quelle réforme des retraites pour Macron II ?

écouter (3min)

Emmanuel Macron sait quelle réforme des retraites il mènera s’il est réélu à l’Elysée.

Article rédigé par
Neila Latrous - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la République, Emmanuel Macron, à Paris, le 20 janvier 2022. (CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP)

Le sujet de la réforme des retraites est dans l’air depuis quelques mois, avec des ballons d’essais lancés par des proches du chef de l’Etat. On entendait dire que ce serait "une bonne première réforme d’un second mandat", ou que le débat "sera tranché par la présidentielle".

Ce même cercle d’initiés assure aujourd’hui que "la réforme des retraites est désormais arbitrée. Mais on ne l’a pas encore mise sur la table." Autrement dit : Emmanuel Macron sait précisément quelles retouches il veut apporter au système, s’il est réélu à l’Elysée. Ne lui reste plus qu’à le dire.

On sait déjà ce que ne sera pas cette réforme. Le chef de l’Etat veut gommer tous les éléments anxiogènes des débats de 2019 - il l’avait formulé comme tel à l’automne. Donc exit le nouveau régime universel - qui "a angoissé tout le monde" explique un poids lourd.

Exit aussi le système par points - "les annuités, c’est un élément de réassurance" - et au revoir l’âge pivot. L’idée reste de "passer de la logique de statut à celle d’individus". Emmanuel Macron a déjà évoqué trois grands régimes "grosso modo", ça peut encore être un peu plus, pour "reconnaître les singularités" de chacun.

Et il y aura évidemment une mesure d’âge. Qui ne manquera pas d'agiter les débats de la présidentielle, voire de mettre du monde dans les rues. Emmanuel Macron, lui, compte vendre sa réforme en disant que la crise a redéfini la solidarité nationale.

C’est l’exemple pris par ce ministre : "Les avocats étaient contre le système universel de retraite, mais demandeurs du fonds de solidarité." En Macronie, on évoque "l’opportunité qu’a été la crise sanitaire, pour faire bouger les positions de tous.” Le rapport au travail qui a changé. L’idée aussi que nul n’est condamné à exercer un métier pénible pendant toute sa carrière. Ce qui veut dire accompagner la suppression des régimes spéciaux par davantage de formation professionnelle, pour permettre de sortir de la pénibilité. Emmanuel Macron va vendre sa réforme en "projetant le débat politique dans celui du modèle social".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.